♦ Bienvenue dans le monde magique ! Nous nous situions en octobre 2014. Il faut impérativement le prendre en compte.
♦ Le forum existe depuis bientôt 5 ans, sans maintenance !
♦ Présence du staff active à n'importe quel moment de l'année.
♦ Nous manquons de personnage masculins ainsi que des êtres maléfique.
♦ Vampires, Sorciers, Démons.

Partagez | 
 

 Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar

Invité


MessageSujet: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 14 Jan - 14:16

Dans un futur proche,

La chasse avait débuté plus tôt dans la matinée pour se poursuivre tard dans la nuit. Les chasseurs avaient finit par se séparer afin de couvrir davantage de terrain. Ils étaient confiants, la pleine lune ne viendrait pas tout compliquer et en dépit de son inexpérience apparente, sa chance inouïe n’aiderait pas toujours le monstre qu’ils traquaient. Leur proie se fatiguait alors qu’ils gagnaient du terrain. Des dizaines d’années d’expérience dans la chasse des créatures surnaturelles les avaient suffisamment aguerris et endurcit le cœur pour qu’elle ne puisse pas s’échapper. Jeff était certainement le plus proche du but et il lui tardait d’en finir pour pouvoir regagner enfin la caravane. Ce métier était sale et ingrat. Les monstres leur ressemblaient parfois tellement qu’il préférait les abattre lorsqu'ils dévoilaient leur véritable visage. Nancy Dress, elle n’aurait pas cette chance, d’ailleurs la jeune femme paumée et fatiguée s’était assoupit dans un coin. Pas assez maligne ou bien trop éreintée pour pouvoir trouver un meilleur endroit. Le chasseur mit en joue la malheureuse. Peut-être n’avait-elle pas choisie d’être changé en monstre. Mais elle représentait une trop grande menace pour l’homme lorsque la bête surgissait. Jeff prit le temps de bien visé, une erreur, une bêtise était vite arrivée. De plus il ne tenait pas à s’y prendre à plusieurs fois afin de finir sa victime. Un bruit parvint à son oreille affûtée. Le mouvement se précisa peu à peu, il s’agissait d’un battement d’aile très distinct. Le chasseur mit prudemment à couvert. La haut dans les cieux, il aperçut une vague silhouette en approche. Jeff prit le risque de saisir sa radio pour y murmuré :

Ralph, préviens les autres, c’est lui, il arrive.

Les arbres le dissimulant n’aidaient que peu à la visibilité. Toutefois Jeff était presque certain de ce qui arrivait. Le chasseur éteint sa radio par précaution et se dissimula un peu plus loin. Cette nouvelle position avait l’avantage de lui offrir le champ nécessaire à son plan. Le chasseur disciplina sa respiration et ses mouvements lorsqu’un bruit de pas lui parvint. L’autre avait du trouvé un endroit pour atterrir et se faisait désormais le reste du chemin à pied. Le bruit restait léger part à rapport à la masse qui voila bientôt la vue au chasseur sur la créature toujours assoupis. Jeff sourit, il n’avait pas le temps d’attendre, les autres et avec la balle qu’il s'apprêtait à loger dans son crâne, il était pratiquement certain qu’il l’abattrait. La ligne de mire était parfaite aussi le chasseur prit le risque, il pressa la détente. Le bruit assourdissant fut vite  prédécédé du bruit de la chute du colosse tombant de toute sa hauteur. Le chasseur surgit de l’ombre à la  seconde ou Nancy ouvrait l’œil. La vue d’un inconnu allongé non loin d’elle la surpris tout d’abord, un mouvement de replis, apeuré par cette vue. Rapidement elle aperçut le chasseur et la panique n’en fut que plus belle. Jeff menaçant, la mit de nouveau en joue, sans pitié voilà ce qu’il fallait être. Un nouveau tir se déclara, tonnant dans la nuit, éclairant d’avantage les autres chasseurs sur sa position. Jeff se retourna, surprit il la lâcha comme dans un soupir :

Jimmy…

Alors qu’il s’effondrait le chasseur observait les bottes de son vieux camarade de chasse approché. Le visage qui se pencha sur Jeff confirma bien vite qu’il s’agissait de lui.

Tu vas me tirer de là cette fois encore, n’est ce pas Jimmy ?

L’homme ne répondit pas, à dire vrai Jeff l’avait déjà connu plus expressif. Toutefois ce gars avait toujours été pour lui un mystère. Tantôt distant, tantôt amical mais s’il possédait bien une qualité c’était celle de ne jamais mentir et cela quelle que soit la situation. Assurément s’il y avait bien quelqu’un qui pouvait l’informé sur ses chances de s’en sortir s’était bien Jimmy.

Non, c’est finit ils ont finit par t’avoir.

Jeff cherchait à comprendre, il se sentait partir mais cherchait encore à comprendre pourquoi et surtout comme comment cela avait put lui arriver. L’évidence était à sa porte cependant refusait-il de la voir, jusqu'à ce qu’il aperçoive enfin le véritable visage de son camarade. Ce n’était pas celui qu’il lui connaissait mais à la seconde ou il le vu, il sut enfin. Les monstres étaient effrayants, ils étaient partout, dans les hommes comme dans les créatures. James Campbell dit Jimmy un gars plutôt sympa bien que parfois austère. Amateur de blague douteuse et d’échanges virils. Ne pleura pas son vieux camarade. Son visage était de marbre et son cœur fait de glace face à l’adversaire. Les hommes les chassaient et traquaient. Lui faisait de même avec les assassins de sa race. Le chasseur regarda Nancy au loin qui avait reprit sa route, effrayé. Il la rattraperait bien assez tôt. Le chasseur d’homme laissa le cadavre du sexagénaire pour se pencher sur un autre cas. Après un rapide examen de la situation, Jimmy saisit son couteau de chasse. D’un geste précis s’entailla l’avant bras. Sans broncher l’inhumain versa un
peu de son sang sur le corps de la créature. Lorsque les autres chasseurs arrièrent, se furent pour assister à un bien curieux spectacle. Alors que le corps de Jeff gisait non loin, l’un des leurs était penché sur le corps d’un autre. Sa voix était étrange comme transformée proférait des paroles dans un obscur dialecte.

Nom de Dieu qu’est ce que tu fiche Jimmy ?

Ralph ne s’attendait pas à cela ni aucun des autres chasseurs l’accompagnant d’ailleurs. Jimmy allait devoir répondre à quelque question quand à la signification de tout cela. Le chasseur semblant sourd à son appel, Ralph bientôt suivit du reste de la bande, pointa son arme dans sa direction.

James… James Campbell je te somme d’arrêter immédiatement !

Lorsque le chasseur s’arrêta enfin sa sinistre affaire, il se redressa. Faisant dos aux autres chasseurs, il se tourna lentement dans leur direction. Le monstre émit un grondement avant de se jeter dans leur direction. Tandis que Nancy prenait déjà une certaine distance de nouveaux bruits lui parvinrent. Entre tires d’armes à feu, râles et grondements furieux. Si la fugitive s’arrêta un instant pour écouter aux aguets, elle reprit bien vite sa course sans fin, disparaissant dans la nuit noire.


Los Angeles, 15 juillet 2032

C’était une chose longuement tenue secret cependant les rumeurs allaient bon train à ce sujet. Alors que de nombreux père de créatures surnaturelles était soit mort soit porté disparut, le venu d’un Alpha en ville ne pouvait que soulevé les rumeurs les plus folles. La communauté était en ébullition, alors que le mystère  sur sa venue se dissipait de jour en jour. La ville avait déjà vu grossir sa population par des chasseurs et une escouade complète de tueuses aguerris. On le disait téméraire et assez fou pour tenter sa chance dans n’importe quelle situation périlleuse. Pour les adversaires des créatures surnaturelles c’était juste un monstre insensé à qui la chance finirait bien par quitté. On disait qu’il venait en ville rencontrer des représentants des créatures locales. Se n’était pas la première fois qu’il l’avait fait. Ceux qui le traquait l’avaient loupé à New York, Chicago faillit l’attraper à San Francisco. Mais c’était à croire qu’une bonne étoilé veillait sur lui. Personne ne savait vraiment d’où cet Alpha venait. Certain prétendait même qu’il n’était pas un infant de la mère dite de tout les monstres. Peu importe d’où il venait en tout cas son intention paraissait claire, unir les divers clans surnaturels du pays contre leurs ennemis commun. Cela dit toutes les créatures ne semblaient pas l'apprécier. Une parmi toutes les autres semblait plus que décidé à l’arrêté. Pour l’occasion elle avait même quitté les mondes magiques qu’elle côtoyait habituellement pour venir. La communauté magique qu’elle semblait vouloir préservé était selon elle en danger, si l’Alpha mettait ses plans à exécution. Sa sympathie avec les deux frères Halliwell était connut. Pour certain il était un traître pour d’autre un protecteur. L’Alpha et lui faisait office de Némésis, l’extrémiste, et la créature arrangeante avec les chasseurs et autres anti-monstres ambulants. Tout n’était pourtant pas noir ou blanc comme l’on pouvait le dire et aucun n’était véritablement catégoriser comme ils devaient l'être. Cependant les rumeurs avaient bien vite fait de leurs taillé une réputation. Vers vingt deux heures environ une silhouette quitta l’hôtel ou elle s’était arrêter. Bien qu’elle-même une vie très différente d’eux, la créature semblait très capable d’imiter les habitudes des personnes habitant ce monde. Cela n’avait cependant pas toujours ainsi, à une époque, l’adaptation au territoire des mortels fut autrement plus difficile. Lorsqu’il venait à Los Angeles, il avait ses petites habitudes. Des endroits ou il aimait particulièrement traîner. Mais cette nuit différait de d’habitude. Hormis ce qu’il se préparait en ville, son instinct le titillait pour une toute autre affaire. Les évènements mystiques locaux même s’ils n’étaient pas précis ne lui échappait pas. Pas plus qu’il ne pouvait rester insensible à ce type d’arriver et à cette odeur. Ce parfum lui rappelait trop celle d’un de ses anciens ennemis d’une époque pour qu’il ne puisse décemment l’oublier. Beaucoup d’eau avec coulée sous les ponts depuis, toutefois cette seul arrivé ranimait en lui de vieux instincts bien profondément enterrés. Il avait changé avec le temps ou c'était ramollit selon d'autres, mais pas suffisamment pour oublier. D'une voix impérative il s'écria.

Montre toi anomalie, tu n’as rien à faire à cette époque !

Les voyageurs du temps, il les voyait comme une menace, ils venaient et parfois repartait dans le but de tout changer. Ce n’était que de sale juge arrogant, qui pouvaient annihiler jusque son existence même. Son époque il y tenait et il n’aimait pas l’idée que certains puissent venir pour un beau jour la changé en profondeur.


Dernière édition par Kael O'Donnell le Jeu 21 Jan - 18:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Sam 16 Jan - 23:03

Tu veux ma mort avoue-le !

Courir c'est bien ! c'est encore mieux à la montagne ou prés d'un lac ou un terrain prés destiné pour les coureurs. Mais pas un tapis de course ! Je suis là pour mon entrainement quotidiens avec un chiant derrière mes fesses qui me parle de kilométrage comme-ci c'était facile de faire 50 kilomètre en quelques minutes. J'en suis a presque deux heurs et je ressens mes muscles qui lâche. Sa fait deux semaines que je cours plus et je ressens les effets aujourd'hui. Je peux pas lâcher le sport n'importe quel moment je suis étrangement  crée pour un demi-dieux. Plus je m'entraine plus ça va mais si j'arrête deux jours je redeviens un gars a qui on dirai qu'il a un problème au cœur. Lorsque je parviens a faire mes distances, rien est terminé, la lute, les chutes les dentiers qui se soulève et pour terminer, les vrais combat dans un cimetière tout ce qui est de plus normal d'être a deux heur du matin a ce geler sous la neige pour attendre les démons ou les future victime. Mes doigts sont tellement congeler que par chance j'ai trouvé aucune créature a tuer ou arrêter ce soir là. Ah oui, si les doigts sont geler c'est simplement parce que j'ai rien sur le dos pour me couvrir. Non dans la nature extrême selon certain, il faut s’habitue au climat si fraichement encourageant pour attraper une merde de maladie. Encore là, on oublie que les dieux sont des être de sang froid sans jeu de mot et ne connaissent pas la logique de tomber malade ou mourir de froid.

Je sais pas si t'es au courant mais les humains meurt de froid ! et mon cerveau va être congeler !

Le regard du dieu se tourne sans réponse je sais ce qu'il pense. " Humains, vous êtes que des faibles et des petites natures " et le " toi, Samuel un cerveau ? il n'est pas branché souvent rassures-toi " comment je le sais ? il me la fait il y a quelques années en arrière et les mêmes mots exacts ce jour-là. Pour ce soir c'est râper pour un combat, je rentre chez moi avec l'idée d'une bonne douche et surtout me glisser dans un endroit chaud. Je ne comprends pas les exercices par moments, je sais qu'il fait ça pour que je m'améliore mais ai force je crois qu'il essaie de me tuer... après tout c'est bien le rouge qui peut parvenir à le faire sans que je le remarque. Sa sera un coup de maître s'il a cette idée l'idiot de l’Égypte. Après la douche je croise l'ultime miroir, cet endroit qui me fait un rappel journalier que j'avais un passer puisqu'il est face à moi. Moi durant l'ancien temps. Ce qui est étrange entre lui et moi c'est qu'il sait toujours ou me trouver, ses dons sont pas les mêmes et beaucoup plus puissant. Pourquoi j'ai pas la même chose ? c'est une question que je me pose tout le temps. Je me change et mets un jogging, un haut et une veste et met une perd de basket neuf pour mis habituer avant qu'un bruit me frappe, le miroir, Mipou frappe vers le miroir et me montre le collier qui est plus à mon cou.

Ouais merci vieux.

Je quitte la pièce et passe dans ma chambre, essaie de faire quelques pas avec mes nouvelles pompes tout en regardant le sol je vois que celui-ci change. D'un tapis neutre je retrouve une nouvelle texture. Idem pour la température qui frotte doucement mon col et mon visage. Levant la tête, je me rendis vite compte que j'étais passé de ma chambre à un... future ? ou passé. Ce don va finir par me rendre totalement fou. Je ne sais pas ou je suis à première vue et je semble pas reconnaitre sur le moment... vois-je pense pas avoir déjà vu dans ses lieux là. Moins d'une minute une voix transperce mes oreilles. Il parlait à moi . Il est rare, voir très rare qu'on puisse me voir, le seul qui parvient à le faire c'est Mipou et une fois maladroitement une affaire d'ancien temps qui n'a rien à voir avec les affaires actuelles, juste avant ma mort. Le cacher sa sert a rien, alors je sors de mon trou et regard l'individu sans dire un mot.



Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 21 Jan - 19:00

1264 avant J.C, dans une autre dimension,

Le constat était évident, la faute accablante. Le chemin de la vengeance l’avait amené à libérer une force désormais hors de contrôle. Les agents des puissances supérieurs dont il avait trompé la vigilance, ne pouvaient espérer dans ces conditions renvoyer leur prisonnier dans le sarcophage de pierre qu’il n’aurait surtout jamais dut quitter. Les tromperies et la trahison dont il avait été victime autrefois ajoutée aux millénaires d’enfermement, avait transformé l’entité détenue contre son gré, en un  fléau aveugle et destructeur. Il n’avait pas commit de fautes justifiant ce qu’on lui avait fait. Sa nature seule, avait suffit pour pousser les puissances à prendre des mesures extrêmes. L’infant d’une des leur et d’un pur démon avait longtemps été sous contrôle et les avait malgré, lui bien servit. Cependant, rien ne dure tout change, les millénaires à leur servir d’agent ne suffisait pas à effacer sa nature sacrilège et la menace qu’il représentait pour eux. Quel que fut les fautes commises par les créatures supérieures et quelque en fut les raisons. L’aboutissement, le résultat de cette décision et l’intervention d’un dieu vengeur était là devant ses yeux, menaçant et terrifiant. L’Égyptien était pleinement conscient qu’il ne parviendrait peut-être pas, lui non plus à renfermé l’entité sombre qui s’en prenait désormais à ses geôliers. Sa responsabilité était désormais de l’arrêté. La colère du dieu faucon devait finir avec celui qui avait été trompé. Sa résolution prise sonnait comme une évidence sur le moment. Horus fondit sur ce nouvelle adversaire du destin dont il avait pourtant espéré en faire un allié.

Les deux entités éthérées quittèrent bien vite les murs ou demeurait encore, un sinistre instrument que connaissait que trop bien le descendant des Anciens. L’affrontement poussé dans le monde extérieur, se poursuivit ainsi sur toute la surface de la planète et jusque dans ces cieux. Aucunes frontière ne semblait pouvoir arrêté les deux forces immatérielles qui s’affrontait. Bientôt le ciel s’embrasa et tandis que la faune et la flore déclinait à vue d’œil. Le monde traverser de part en part, meurtris en profondeur, agonisait. La colère des deux divinités trouva à travers ce combat, toute sa quintessence. Jamais aucun d'eux n’avait connu et ne connaîtrait jamais plus un tel affrontement. Tous deux déversait l’un sur l’autre les maux qui les accablaient. Bien que les deux dieux, n'auto alimente pas leurs obscurités respectives au point de la faire enfler. Les ténèbres jaillissant d’eux semblaient ne pas avoir de fin, comme une source que l’on ne pouvait tarir. Si sa colère accumulée était conséquente et lui permettait de rivaliser avec son adversaire, Horus ne le surpassait pas. Sa propre fin n’avait plus aucune importance, le dieu avait sut des le premier coup d’œil que l’entité pourrait l’exterminer une bonne fois pour toute. Tout comme il savait qu’elle part de lui allait servir au combat. La lumière en lui avait décliné, elle ne reviendrait que difficilement. Désormais seul sa colère était assez puissante pour affronter son ténébreux adversaire.

Par intermittence, le dieu faucon dés les premières secondes avait entrevu ce que l’autre était et fut autrefois. L’un et l’autre ressentirent les émotions de l’autre dans l’instant présent tout comme il furent capable de ressentir les sentiments d’autrefois. Ils virent l’un et l’autre dans leurs pensées respectives. Émotion, souvenir, tout commençait à se mélanger.Aucun des deux dieux ne savait pourtant ce qui se tramait pas plus qu'ils ne semblaient capables d'arrêté leur lutte intense, paraissant sans fin. Alors que cet étrange contact, ce lien qui se créait grandissait, le combat trouva son apogée. A ce moment là les deux essences se retrouvèrent si relié l’une à l’autre qu’elle ne purent défaire ce qui avait commencé. Ils ne contrôlaient plus rien, leur volonté respective ne parvinrent pas à s’imposer pour séparer ce qui devait l’être. Alors que les ténèbres étaient expulsées d'eux, elles aussi relié l’une à l’autre, apparaissait peu à une nouvelle source divine. Les personnalités des deux esprits divins encore fort à cet instant refusèrent encore pendant un temps ce qui se passait avant d’être, elles aussi rattrapé par le changement qui les frappaient. Deux jadis ne finirent à ne faire plus qu’un. L’entité incarnait la fin du combat, leur refuge, l’obscurité chassé avait menacé de les emporté avec elle. Divisé, ils auraient fini terrassé par elle. Seulement l’âme qui les avait réunit souhaitai-elle aussi sa suivie.

Alors que ses pères étais devenu l’enfant qui avait été eux et que l’ombre s’était retirer. Seul restait une lumière froide et aveugle. Le dieu n’avait aucun sentiment, ni objectifs il était affreusement vide. Alors que le monde agonisait. Tout au plus profond de lui l’entité nouvelle, était poussé instinctivement presque mécaniquement à remplir une fonction. Son premier acte fut de réparé tout ce qui l’entourait. La planète fut ainsi sauvé par le fruit du grand désastre. Le dieu remit également en état tel un robot parfaitement ordonné, la prison du demi-démon Kael. Il fit avant cela ressortir les immortels prisonniers des décombres. Le sarcophage de pierre lui ne connu pas le même sort. Le dieu s’en débarrassa, n’en par peur qu’il puisse encore servir. Sa vue éveilla en la divinité des sentiments semblant pourtant inexistant en lui. Trouvant ce frissonnement intérieur étrange et non désirable, il enleva de l’équation, la source de ses sentiments naissant. Lorsqu’il eut terminé avec ce monde, le dieu partit. Durant son voyage il répéta les actes de réparation qui s’imposait à lui, parfois même avec les miettes laissées par les autres. Le dieu oublia ce qui avait été bannit n’avait été en aucuns cas été dissipé. Les ténèbres, l’obscurité ou peu importe comment ont pouvait surnommer. Cette « mère » qui avait permit de faire jaillir cette étrange forme de lumière. Et qui fut expulsé, allait un jour se rappelé à son bon souvenir. Après son départ du monde qui l’avait vue apparaître, à cause des entités ne cessant de lui demandait qui il était, sans savoir quoi leur répondre, le dieu ce surnomma Kael-Hor. Il était la somme des expériences de ses expériences passé, présente et à venir. Il se souvenait avoir été Horus tout comme il se rappelait avoir été Kael. Peu importe la beauté du nom tant qu’il avait pour lui une certaine logique. Après des siècles d’errances lorsqu’il gagna le royaume des morts de l’ancienne Égypte. Le dieu avait gagné quelque peu en émotivité sans pourtant briller en la matière. Son subterfuge effleura un mur de brique, symbole d’une frontière le protégeant du monde extérieur, changé peu à peu en porte sans pogné. Cela n’empêcha pas à l’obscurité oublié de trouvé un moyen de parvenir jusqu’à lui. Comme un reflet dans un miroir, altéré peut-être même dénaturé. Efficacité diminuée mais pas inexistence, le dieu traita la chose en parfaite inconnue avant de la considérée comme un outil. L’instrument ne jouait que lorsqu’il le désirait. Jusqu’au jour il cessa d’avoir besoin d’un musicien. Les premières sonorités trop faibles pour alarmer le dieu, montèrent peu à peu en crescendo. Peut importe, il s’était habitué à la mélodie. Celle qui en jouait à distance à loisir n’avait plus qu’à attendre son heure. Les années ne comptent pas, seul les sots croient la dominée, car en réalité c’est bien elle qui les contrôles.


Terre Été 2032,

Kael-Hor pour les anges du destin, ou Kael O’Donnelle pour les mortels, avait suffisamment voyagé dans cette existence et ses nombreuses vies antérieures pour repérer ce type d’arrivée. Les voyages dans le temps n’avaient toujours pas sa place chez lui. A moins d’y être contraint, hors de question de ce rendre à des époques passées. La raison officielle était simple et guère original, cela était trop dangereux pour des raisons plus qu’évidentes. Officieusement, il redoutait de devoir retourné à une époque, une ligne temporelle qu’il soupçonnait avoir disparut. Toutefois les soupçons ne suffisaient pas, aussi ce refusait-il, autant que possible de manipulé le temps. Une période qu’il n’avait que peu fréquenté à vrais dire. Mais qui avait tout de même laissé des souvenirs qu’il aurait préféré oublier. On lui avait sauvé la mise là-bas et c’était là le seul point positif. Heureusement, grâce ou à cause de certains voyageurs, le dieu pensait que l’existence même de celle à qui elle était redevable, avaient été profondément modifiés. Il y a des personnes qui change tout, pour lui quelles que soient ces résolutions elle serait tout à fait successible de les faire sauter en instant. On sourit, l’on raconte des niaiseries mais au fond l’on oublis pas ce que l’on est. Cela ne lui à jamais fait prendre son pied de tué, pourtant quelques dizaines d’années en arrières l’on ne comptait plus ses victimes. Petit joueur pour les pires vilains, véritable plaie pour d’autres. A chacun son opinion, quoi qu’il en soit, il ne faudrait pas grand choses pour que sa réputation replonge. A d’autre le pardon, on lui avait suffisamment reprit pour lui faire comprendre que la confiance ne serait jamais véritablement rétablie. L’anomalie pressentit avait amener lui Samuel, enfin plutôt une version antérieure du demi-dieu. Le dieu ne l'avait pas croisé depuis des années, forcément maintenant qu'il passait pour l'un des gentils, il ne fichait  plus la pagaille, enfin à ce qu’il paraissait. Pour lui, balancé des phrases toutes faites auprès de la communauté magique et garantir la sécurité des nains et autres leprechauns ne faisait forcément pas de lui un gars bien. Cela faisait juste de lui un mec blasé qui à pris ce qu’on lui proposait, juste pour qu’on le laisse tranquille.

O'Connor… Que diable fiche-tu ici ?

Pas de geste démesuré et sourire stupide de circonstance. Le dieu ne fait pas même pas mine qu’il va l’enlacer avant de se raviser. Petite trappe sur l’épaule avec cet affreux trait qui barre le bas de son visage. Généralement sa fait plaisir aux autres quand il mime le mec sympa. Là c’est un peu différend, vu sa bobine et son apparence juvénile, sa lui donne une idée de l’époque d’où le voyageur provient. Ici comme avant ils ne sont pas les meilleurs potes du monde sa non. Mais bon l’autre ne le sait peut-être pas. D’ailleurs ils ne sont peut-être même jamais rencontrés. D’où provient ce Samuel au juste, d'avant ou après leur première rencontre, il y à plusieurs années en arrières ? Le dieu songe qu’il aurait du passé sa route, c’est quoi déjà le truc… à oui éviter le contact avec un maximum de personnes. Ce n’est pas avec lui que sa risque d’arrivé, vues toutes les andouilles surnaturelles qui lui court après. Le dieu à conscience d'oublié une information capitale quant au don du gam… du jeune homme et ses interactions avec les époques qu'il visite, mais il laisse vite cela de côté. En faite passé les premières impressions, peut-être que ce n’est pas une si mauvaise chose, tout du moins à court terme, qu’il est débarqué tout droit du passé. Un peu d’entraînement d’un autre genre aide toujours à s’entraîner à parler aux humanoïdes de ce genre.

Désolez pour cette approche un peu maladroite, cependant j’ai un peu de mal avec les voyageurs qui traverse le temps.

Le dieu mit la main sur la nuque, l’aire embarrassé, à force de mimer les autres cela lui paraît presque naturel.

Bon je prends le risque, je ne suis plus à une extrémité prés.

Des erreurs il en à fait, disons un certain nombre. A force de se faire  taper sur les doigts par ceux qui joue les grands partons, on devient plus prudent enfin normalement… Dés fois s’il peut faire un ou deux trucs qui les contrarient. En toute innocence bien sur ! Mais je croyais bien faire. Ce genre de chose quoi.

OK, on y va, je suis une connaissance si on peut dire. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je te vois là devant moi. Je te prierais de ne pas essayer de me faire croire que je parle à un mur.

Il a tellement prit les autres pour des mules attardées qu’il ne supporte pas qu’on fasse avec lui la même chose. Le sourire a disparut pour laisser place un regard sombre. Le visage grave le dieu demande.

Pourquoi est-tu là Samuel ?

Joué les marioles vas bien cinq minutes, la vérité c’est qu’il voudrait bien savoir ce qu’il fiche ici. La situation en ville est tendue
et cette arrivé inopiné risque à long terme de ne pas pas lui faciliter les choses.


Dernière édition par Kael O'Donnell le Jeu 28 Jan - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Mer 27 Jan - 21:01

Ce que je vis ne sont pas réellement des voyages dans le temps, pas comme Raven qui elle est une vraie catastrophe des voyages dans le passé. Moi ça serait plutôt pour voir ce qu'il pourrait arriver à ce monde si je ne parviens pas à faire le bon rôle. J'ignore encore ou je me trouve et encore moins à qui j'ai affaire mais tout le contraire s'affiche au visage de celui d'en face. Mon nom de famille sonne comme une alerte. Les premières leçons que j'ai apprises lorsqu’un voyage et qu'une personne ne connaît c'est soit qu'elle m'a déjà vu dans mon propre passé soit dans le présent qui sait pas encore réalise. Ce qui semblerait être le cas puisque je n'ai aucun souvenir du gars en face de moi. Je regarde autour de moi pour comprendre mais la seule vu que j'ai m'indique pas spécialement où je suis. Je ne suis pas très futé c'est ce qui arrange les gens lorsqu'un combat. Je me tourne avant que mon regard touche celui devant mes yeux. Surpris par celui-ci, je reste d'un air crétin comme le ferait le premier des andouilles.

D'accord je vois qu'on se connait mais la d’où je viens je sais pas qui vous êtes...

Ce qui est le plus étrange c'est sa façon si naturel de me parler. Je n'ai pas l'habitude ! normalement, ou dans toute logique les personnes qui arrivent à me voir me demandent sans poser de questions ou sans même une réponse de ma part, la mort doit être au rendez-vous et seulement pour un voyageur, moi. Lui, lui est différent. J'essaie de comprendre, est-ce Baku sous une forme différente ? si c'est le cas, son langage nerveux à évoluer en bonté extrême. Mine à part lui je ne vois personne d'autre.

Ce qui m'étonne c'est qu'on m’aperçois et qu'on me refasse pas la décoration d'un mur avec ma tête.

J'aime pas les voyages dans le temps futurisme ! autant le passé quand je comprends pas un objet ou autre chose je regarde dans un livre, ici, tout n'est pas créé par avance. Et là, je me sens perdu avec un gars tout a fait cloque !

J'en ai aucune idée pour dire vrai


Ce qui est vrai et il y a pas de mensonge. Je me méfie encore il y a toujours un loup qui dort dans un coin quand je voyage de la sorte.

Qu'est ce qu'il se passe ici ?



Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 29 Jan - 11:40

Ce n’était pas quelques chose de prévus. Sur le coup, bien sur cela surprend. Mais après on fait avec. Cela le protecteur des royaumes enchantés ne le sait que trop bien. Il n’avait pas prévu de ce ramassé, il y a quelques années en arrière. Pourtant c’est bien ce qu’il s’est passé, ses pouvoirs ont décrus pour que les choses continue à tourner comme elles le devraient. Enfin, en quelque sorte. Tout à bien changé mais l’équilibre au bout du compte à encore était maintenu. Tout chamboulé était un parie risqué, le perdre était un risque calculé mais pas si réfléchit que cela. Sa chance résidait  en le fait qu’il soit encore de ce monde. Chaire, os et croc, un nouveau job et une raison d’être. Mais il ne recherche à leurrer personne, il est ce qu’il est. Libre aux autres de croire qu’il s’est amendé ou pas. Lui ne croit pas en la rédemption, la communauté magique est son clan désormais. Les démons qui tentent de leur pourrir la vie savent désormais que "belles paroles" à une sacrée gauche. Ils peuvent le faire saigner mais à côté de son expérience, ils sont comme des nouveau-nées. Désormais c’est surtout sur elle qu’il s’appuie au combat. Sa source magique par à rapport à autrefois s'est tarie, sa arrive parfois. On l’a remit sur pied différent d’avant et moins puissant qu’autrefois. Pas de quoi pleuré pour autant, la connaissance est là. Les souvenirs et les batailles mené indénombrable. Cumulé, ils sont des éons, dés lors la puissance telle qu’on l’on pourrait l’entendre ne compte plus. Il est et reste son seul adversaire. Le seul qui puisse le faire plonger c’est lui. Il n’a pas en vouloir à un adversaire qui le piétinera ou le mettre plus bas que terre. La faiblesse qui l’accable n’est pas si mauvaise que cela, s’il c’est quelles leçons tirées de ses échecs.

Je vois.

Alors il ne se sont pas encore rencontré. C’est peut-être mieux au fond. Un peu comme un regard neuf, plus neutre en tout cas que ce qu’il est devenu si tenté qu’il soit encore en vie en cette ère. On ne lui dit pas ce genre de chose aussi le sort du Samuel de son temps, à ce jour, lui échappe totalement.

Je suis Kael-Hor, enfin ce qui en reste. Là d’où tu viens, l'ont m'appelle peut-être encore Horus. Lorsque tu me reverras un jour, je risque de t’apparaître quelque peu différent de ce que je suis aujourd’hui.

Sans être une épave, il n’a rien avoir avec la chose au quelle le jeune homme risque de croisé son chemin. Même s’il lui arrive de râler dans son fort intérieur il n’est pas si mécontent de son sort, il aurait put connaître pire. Par contre il y a des choses qu’ils auraient préfère éviter, il ne regrette pas la plupart des fautes qu’il a commise, juste une poignée. Sa franchise vit à vis d’un être tout doit sortit du passé, pourrait paraître pour de la bêtise. Les conséquences il y songe, seulement il n'arrive pas à s’enlever en tête certains souvenirs.

Pourquoi le ferais-je, si ce n’est par peur ou par crainte ?

L’étriper là alors qu’il est encore jeune ne lui a même pas traversé l’esprit. Il n’est pas aussi bon comme pourrait le croire certaines des créatures qu’il protège. Toutefois sa colère il sait la tempérée lorsque la situation l’exige.

Je te crois, cependant il doit bien avoir une raison à ta venue…

Encore une farce de ce destin capricieux ? Peut-être mais à la différence d’un temps, il apprit à jouer le jeu enfin tout du moins de s'en arrangé.

Des chasseurs et une bande de harpies mal fringuée sont arrivée en ville, à Los Angeles. Ils traquent à leur manière une créature, un Alpha, selon eux.

À force de prendre des coups, ses neurones ont dut sauter pour qu’il continu à faire des erreurs. À l’ouest il l’a bien été, maintenant il sait se qu’il veut.

Ils redoutent son projet ambitieux de rassembler diverses créatures surnaturelles en un clan unis contre ceux qui les chasses. Ce ne sont que des enfants et leur guerre n’est pas une bonne chose.

Reproduire ce qui à déjà été fait ne mènera à rien. Il a essayé autrefois quelques choses de ce genre et s’est planté. Ici, il à perdu toutes illusions, pourtant cette arrivée sonne comme une chance d’arrêté l’entité divine qu’il fut jadis avant qu’elle n’en emportes d’autres avec elles. Cela ne se fait pas et il n’est pas le dernier à émettre un avis défavorable dés qu'une telle occasion pointe le bout de son nez.Toutefois, tout comme autrefois il reste avant tout choses quelqu’un d'on ne peu plus ambigu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Sam 6 Fév - 21:08

J'aime pas non plus quand mes dons dérailler pourtant ils ne sont jamais actifs pour rien. Ils sont toujours présents quand je dois voir quelque chose ou comprendre. Regardant l'homme en face de moi je sais que c'est lui que je devais voir et pas le reste du monde aussi étonnant que ça le soit, mes dons sont comme moi, à demis vivants mais sans parole. Parfois je me demande si ce n'est pas moi qui active quand je souhaite m'évader comme ce soir avec le coup tordu du dieu de la foudre. Du coup, pour une fois depuis longtemps j'ai pas cette pression d'être le parfait demi-dieu capable de voir les détails qui se cachent au plus profond des coins puisqu'il est là. Je le regarde droit dans les yeux quand il commence sa présentation et autant dire, la surprise est la plus géante qu'il soit. La différence, oui je l'ai déjà vu et bien qu'il en sait rien j'étais plus ou moins présent durant le combat avec son cher oncle. À votre avis pourquoi Seth regarder toujours un point fixe, ce qu'il disait, être le vent ? j'étais une fouine curieuse qui ne pouvait pas venir aider Seth sans quoi je l'aurais fait, mais comme je le dis, quand je voyage comme ça, je me bats jamais. Sauf si une attaque se crée.

Votre nom est étrange je dois l'avouer...

Je ais faire aucune remarque sur le nom, on dirait Superman, Kal-El. Je ne suis pas ici pour ce foutre de lui ou quoi de plus. Je continue à regarder Kael dans les yeux et comprends qu'il a un rôle important ici. Comme nouvelle icon ou comme autre chose, quoi qu'il en soit sa nouvelle identité me fait penser à celle qui parviendra dans plus de cinq mille ans avec Alassé, une nouvelle formule divine qui est simplement un dieu détester ici.

Ma venue est contrôlé par mes dons. Ils voulaient un voyage vitesse dans des années avancer. J'adore les voyages de ce genre mais ce que je comprends comment vous faites pour me voir aussi longtemps ?

Le destin est pas capricieux il est dangereux. C'est pas moi qui dira le contraire. J'aurais peut d'être ami avec moi-même. Cependant je trouve qu'il est plutôt détendu, est-ce qu'on sera pote après ? ça m'étonnerais avec ce qu'il a dit sur la face des demi-dieux. Cela dit, on dit pareille sur les dieux et nous sommes pas réellement ami.

Il y a du mouvement ici ! c'est cool ! Un cool ironique bien sur c'est pas le cas. Nous sommes en quel année ?





Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Mar 9 Fév - 11:56

Il n’est pas responsable de sa venue et ne sait véritablement pourquoi il est là. Ses pouvoirs semblent avoir une certaine indépendance, n’hésitant pas à entraîner leur détenteur dans un voyage que les dit dons ont choisi. Ils ont choisit d’aller faire un tour et le voilà. Ne les possédants pas, il se garde bien de juger. Lui n’avait pas toujours eut le contrôle sur ses pouvoirs. Cependant, maintenant qu’ils avaient décrut, leur maîtrise était l’un des facteurs important qui le maintenait en vie.

Très bien alors laissons là ce problème pour le moment. L’explication à tout ceci devrait bien t’apparaître à un moment ou à un autre.

Il prend le risque de croire que ce n’est pas par pure fantaisie qu’il est là. Cependant le voyageur sera-il capable un jour de comprendre la signification de sa venue à cette époque ? La question qui suit l’interpelle. Suit une précision qui ne laisse pas indifférent. Il ne devrait pas le voir du moins pas aussi longtemps. Réfléchissant quelques instant il lui répondit.

Je vois c’est cela que j’ai oublié sur ton compte. La véritable question Samuel c’est, est-ce que je suis capable de te voir ou me permet-on d’en être capable ?

La créature pouvait voir l’entité gardienne propre à chaque homme qui sans elles pourrait paraître bien maladroit. Comme il est successible de percevoir tout agent du grand desseins. Cependant il arrive que l’on choisisse de lui masquer leur présence.

Oui, cependant aucun ne sait véritablement pourquoi ils s’agitent de la sortent. La portée de leurs souhaits et de leurs actes sont en réalité un mystère pour eux autant que ne l’ai ma faculté à te percevoir.

Il aimerait bien avancer quelques théories cependant cela pourrais égarer d’avantage le jeune homme. Mieux valait admettre à sa manière qu’il ne savait pas. Après tout soupçonné quelques chose n’était en rien gage de bon sens.

Nous sommes le quinze juillet de l’année 2032.

À la même date, il y a de cela plusieurs années en arrière, il mourait. Enfin c’est ce que longtemps il fut tenus pour acquis. C’était à croire qu’il avait vampirisé dan une autre vie la chance d’un autre. Alors qu’il disparaissait, une volonté avait décidé de le récupéré. Lui qui n’avait pas put s’adapter avait été repensé en conséquence. Ceux là même qu’ils détestaient lui avait valut son retour, si l'on peu à appeler cela ainsi. Alors que l’on vendait à la communauté magique le retour d’un protecteur surgit du fond des âges. L'on cachait dans un même temps ses véritables fonctions. La vérité différait du rêve.


Dernière édition par Kael O'Donnell le Ven 26 Fév - 10:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Lun 22 Fév - 23:08

La dernière créature qui m'a posé autant de questions à terminer par une véritable question : pourquoi ?. Simple question, simple mot. Le dieu face à moi, je suppose qu'il est encore dans la lignée des dieux posent autant de questions. Est-ce quelque chose pour que j'évite de voir quelque chose ou alors... Non je n'en sais rien ! je me pose aussi le fameux point d’interrogation s'st barbant de se prendre le chou pour rien. Aussi bien il dit la vérité depuis le début et qu'on ne le comprend pas, cela dit, il n'a pas été très facile à comprendre si c’était le cas. Les cerveaux sont retournés à l'heure actuelle - de mon heur pas de la sienne - et son visage en tout cas ressemble à celui d'une personne correcte

Tu sembles bien trop curieux sur mes dons j'ai l'impression. Qu'importe la raison, je suis juste étonné qu'on puisse me voir et me parler rien de plus.

Curieux. Je suis comme mon père je parle trop par moments et on connaît mes points faibles et autres. Ce qui est bien avec mes dons c'est qu'on a beau me frapper dessus quand je suis dans les espaces-temps, ne suis pas réellement toucher, juste le mental mais après tout je suis déjà à moitié folle pourquoi ne pas terminer le reste de mon existence ?

J'en sais rien comme je le dis de multiples fois tout ce qui touche au égyptiens ne me regarde pas après tout.

En fait ce n'est pas l'histoire égyptienne que je ne veux pas c'est les deux ennemis. J'ai même mis Seth à dos... J'ai raconté, d'après mes souvenirs que Horus était qu'un gosse prêt a se mettre dans les jupes de sa mère... ce qui est bien sur faux ! je sais bien qu'il n'est pas ainsi et la légende, c'est qu'une légende sans quoi tous les coups à l'autre jambe de Seth l'auront déjà fait perdre plus d'une fois ses dons.

Ce n'est pas mon plus loin voyage mais c'est déjà ça ! Alors... très souvent c'est les personnes que je vois en premier qui aimerait que je voie quelque chose. Donc dans cette idée, c'est toi qui souhaites me faire comprendre ou dire quelque chose. Je sais que ça paraît idiot mais je ne suis pas seulement un casse-cou pour dieux mais aussi un messager quand rien ne va comme il faut.

Alors je t'écoute mon grand. Il n'a peut-être rien à me dire en même temps, cependant j'ai comme cette impression qu'il m'attendait dès l'instant où je suis apparu.





Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 26 Fév - 10:43

Curieux, il fallait bien parfois l’être un minimum si l’on voulait éviter de se faire trop souvent surprendre. Qui voudrait être surpris au point de se faire totalement dépasser par ce qui restait pour lui bien plus qu’une question mais un mystère ? Cette fois si en l’occurrence, le dieu s’était montré d’avantage intéressé par les raisons de la venue de Samuel que par les pouvoirs qu’il possédait. La seule raison qui l’avait poussé à s’y intéressé, du moins telle que cela semblait être perçut par cet esprit étranger, était d’avoir été interpellé sur sa faculté à percevoir le jeune homme.

Ce n’était mon intention loin de là.  

Que dire de plus, il faisait partit de ces êtres qui possède souvent une arrière pensé. Ou bien qui s’interrogeait sur le pourquoi du comment. Cependant, sur ce sujet, il n’était pas du genre indiscret.

Je n’ai pas à en douter. Pour ma part cela fait bien longtemps que n’ait pas eut affaire à eux.

Le jeune homme n’en avait pas conscience, mais sa venu faisait ressurgir de très anciens souvenirs et d’autres déjà plus récent. Cela fait ben longtemps qu’il n’officiait plus dans le royaume d’Osiris. La créature restait loin de leurs affaires et n’appréciait pas particulièrement d’avoir à les croiser ou que ce soit. En ce qui concernait une poignée d’entre eux plus particulièrement, c’était presque comme lâché un lion et un tigre sur le même territoire. Il y avait des entreprises qu’il valait parfois mieux éviter d’entreprendre.

Très bien, dans ce cas…

La créature s’interrompt un instant. L’odeur qui lui parvient à l’instant n’était pas celle de Samuel, d’autres inhumains rodait dans les parages. Ce n’est pas les choses à voir qui manquait par ici. Mais qu’avait-il le droit de lui dire et de lui faire voir ? La créature prit un léger sourire. Descendre en ville par ses étapes habituelles. Au vu de la situation actuelle c’était risqué voir peu réfléchis. Cependant s’il avait changé ses habitudes, il n’aurait peut-être jamais été en contact avec le jeune homme. Alors manque de réflexion excusée par un coup du destin ou non, ce n’est plus cela désormais qui feraient avancer le cours des évènements.

S’il y à quelque chose à voir ou bien à comprendre ce n’est pas ici que cela se fera.

Ils peuvent en parler ici bien sur. Cependant il y avait des évènements qui valait mieux voir de ses yeux  que de seulement imaginé. Mais pour l’heure, il désirait surtout se mettre rapidement en  mouvement. Palabré avec la petite souris ne le dérangeait en rien. Cependant le faire alors que de gros rat se rapprochait ne lui semblait pas pas la meilleur chose à faire. Peut-être ne le verront-ils pas mais lui qui était bien physiquement là, ils ne louperont pas.

Je vais présentement quitter cet endroit. A moins que cela ne te déplaise, je t’invite à me suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 4 Mar - 21:32

Ont dit que les dieux aussi doués qu'ils sont pu être de véritable menteur né. Comment savoir lorsque se retrouve devant un dieu, qu'importe sa rare ou son avenir aussi incertain ne ment pas ? ont-t-ils une alerte rouge un bouton qui se met en marche ? lorsqu'on ment on peut le voir sur certaine personne, comme un de mes amis qui était de loin la pire des menteuses. Son visage disait oui, son cœur disait non... Mais un dieu ! je devrais le savoir, moi qui traine avec le roi des mensonges ! bien qu'il mente très bien, tout ce qu'il dit est pour moi une source de mensonge, même quand il dit qu'il est heureux d'être en ma compagnie. Comment savoir si sa phrase est correcte ! j'aurai tant aimé avoir le don de Raven, avec ce don-là personne ne passe au filet des mensonges ou de la vérité. Et lui non plus. De toute façon i guère le choix lorsqu'il me répond. Je le crois avec une pointe de poivre dans le sel. Je ne sais pas si je suis mort ou pas en tout cas je l'espère que si c'est le cas, les dieux se son calmés un peu. Alors que je regardais sans cligner les yeux l'endroit et lui-même celui ci coupa, parole et mouvement. On dirai Seth ! Il fait exactement la même tête et la même façon d'agir quand il ressent quelques chose non loin. Cela dit, plus les puissants sont là, plus ils sont presque la même façon d'agir.

J'en suis certain qu'il y a rien a voir ici a par toi.


Oui enfin, autour sans doute est également important mais qu'est-ce que je m'en fiche. Le don me montre, j'en prends et j'en laisse ! pour le moment c'est lui qu'il a voulu me montrer. Oui et ses fossettes perturbatrices. Sans même un sourire il en crée. Me voilà encore déconcentré sur autre chose ce qui me donne, encore, quelque chose que je comprends pas ! Je fixe le jeune homme devant moi et l'écoute pour sa dernière phrase.

J'accepte l'invitation !


Pourquoi pas ! je suis pas ici pour regarder la couleur des murs mais pour comprendre ce que je cherche. Ce qu'on veut me montrer ! certainement la menace du moment ? ou alors une nouvelle épidémie comme Kaendra la si bien fait comprendre au groupe. Ou pire ! cela dit je vois pas qu'est ce qui est pire... ça se voit que je suis encore un petit chasseur sans vraiment d'expérience

A quoi je dois m'attendre ?






Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 11 Mar - 17:34

Il se peut qu’à un autre jour et à une autre époque, il ait pris les mots de Samuel pour flatter son ego. Cela sonnait plutôt bien à ses oreilles. Cependant les paroles du jeune homme, ne lui arrachèrent sur le moment qu’un regard indéchiffrable. Il y avait certaines choses auxquelles il était devenu presque imperméable. Qui plus est la seule préoccupation qu’il avait à l’esprit c’était éviter une rencontre qui pouvait mal tourner, entre lui et les créatures dont il identifiait peu à peu leurs diverses natures. Notamment grâce à l’odeur dont était chargé l’air. Soit, il s’agissait de parfait idiot pour s’exposer ainsi au vent. Soit, ils l’avaient fait exprès. Et il ne prenait pas toujours l’excès de confiance pour de la folie.

Aux conséquences de la manipulation de ce qui aurait dut… non put, être.

Ce n’était pas très claires comme réponse. En même tant il s’agissait de la pure vérité. Action et conséquence, ce qui semblait valoir uniquement pour un individu voir un groupe tout entier pouvait se retrouver dans d’autres cas de figure. Cependant l’expérience lui avait appris qu’ils étaient peu nombreux ceux qui en dépit d’avoir été prévenu, parvenait véritablement à prévenir le mal avant qu’il n’ait été fait. Il n’allait pas directement lui annoncer ce qui aurait put être éviter. Seulement lui montrer ce qui se produisait maintenant et pouvait trouver son reflet dans des événements qui pour lui appartenait au passé tandis qu’au contraire, ces mêmes évènement étaient synonyme d’avenir pour le jeune homme. Tournant le dos à Samuel, il commence à se mouvoir. Ses oreilles à l’affût du moindre bruit suspect. Inutile de demander à l’apparition de passé devant, comment certain type de mammifère il se pourrait qu’il ait des yeux derrière la tête, ce qui n’est bien sur qu’une expression. La rue qu’il traverse, comme les survivantes semblent désertes. Aucuns lieux publics ne semblent ouvert, tout est clos comme si la loi martiale avait été décrétée, sans que pourtant aucun soldat ne daigne montrer le bout de son nez. Face à ce mystère, il se contenta de déclarer.

Les mystiques ont commencé à faire leur show.

Il parle bien évidemment des sorcières. Que craignaient-elles au juste ? Que le combat s’étend dans le reste de la ville ? Comme si les fichues harpies qui les accompagnaient n’étaient pas capables de contenir dans quelque lieu isolé, leurs cibles et les créatures qui ne manqueraient sans doute pas de l’accompagné. Il faut dire qu’un certain nombre d’entre elles avait disparut aux cours des combats ces dernières années. De plus parmi les survivantes toutes n’était plus de première fraîcheur. La créature aurait crut qu’elles s’éteindraient plus tôt et que leur nombre serait redevenu à celui qu’il aurait toujours dut être. Sans prévenir, la créature s’arrêta.

En ville il y a deux groupes distincts qui traquent la même créature. Ils n’ont jamais réussit à s’entendre sur la méthode à employer pour en finir une bonne fois pour toute. Leur rivalité les empêche d’être réellement efficaces. Tu ma demandé à quoi tu devais t’attendre. Tournant la tête vers Samuel il continua. Au combat de trois clans dont deux d’entre eux, influencé par leur caractère humain n’ont pas sut identifier leur véritable adversaire. L’ont n’a pourtant cessé de vous le répéter. En réalité votre véritable ennemi ce ne sont pas les démons, ni même les monstres tapis dans l’obscurité mais bien vous.

La créature pense bien n’avoir rien apprit de nouveau à Samuel. Même si l’un comprend, rien ne peut empêcher les autres de continué à alimenter leurs différents quelle qu’ils soient. C’est la raison de sa lassitude. Des nouvelles têtes arrivaient et ne faisaient qu’elle que part que répéter ce qui avait déjà été fait. C’est là toute la différence entre lui et les plus jeunes. Après ses années folles, il avait put arracher la tête de son véritable adversaire. Est-ce que cela suffisait pour autant quelqu'un de bien ou d’honorable ? Il ne le pensait pas. Il ne se verrait peut-être jamais plus ainsi. La créature pouvait cependant désormais faire face plus facilement aux obstacles qu’il rencontrait. Qu’il s’agisse des problèmes propres à lui ou appartenant au monde extérieur.

Ce n’est plus très loin, l’endroit pourrait même te paraître familier.

Le dieu reprend son chemin, en réalité il doute que sa destination soit très parlante. Toutefois le raccourci lui pourrait l’être. La créature s’arrête à nouveau et point du doigt une direction, d’un air taquin. Pour son travail Samuel doit peut-être parfois si rendre. Sans l’ombre d’une hésitation, il ouvre l’accès vers le monde d’en bas et demande.

Prés pour un petit voyage au paradis des odeurs ?

Sa ne sent pas bon, ça non. L’odeur le révulse, il n’a jamais apprécié de si rendre. La seul chose qui lui permet de le faire d’accueillir ce moment si particulier avec une pointe d’humour. Alors pourquoi, quand même y aller ? Pour gagner du temps, la créature n’utilisait plus la magie pour tout faire, ce temps là était bien révolu maintenant. L’ex entité folle-dingue regard Samuel, l’air de dire, c’est ta dernière chance, tu n’es pas obligé de me suivre. Même s’il ne reste que spectateur cela pourrait barder. A ce qu’il sache tout le monde n’avait pas la même disposition que lui face à l’horreur des combats.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 17 Mar - 21:39

Il n'y a pas à dire quand je sors d'ici je demande un dico complet pour comprendre les paroles divines ! J'en étais sûr que ça allait m'arriver ! voir un dieu / entité capable de parler à l'ancienne ou d'une politesse incompréhensive. Je déteste les voyages dans ce genre, je ne peux que voir ! sans toucher, sans aider et sans respirer ! enfin un peu quand même mais c'est sans odeur. Cela dit les mieux le dit quel genre il s'agit ou presque. Bon, sa raison laisse encore place à un grand mystère alors je l'embête pas plus sur le sujet. S'il ne donne pas plus de détail c'est que la réponse fait partie de la vérité et c'est à moi de comprendre dans mon temps ! Je pense en tout cas. La manipulation, pour le moment je vois pas qui pourrait le faire, bien que toute créature est capable de faire un double jeu. Peut-être lui-même - dans mon temps - je ne le connais pas personnellement.

Les mystiques ? nouvelle race de monstre ?

Sur le moment, je pense à deux choses ! À un groupe de monstre connu ou soit a de la magie. Loin d'imaginer aux sorcières et puis j'ai l'habitude d'un autre surnom pour elles, du coup mystique sonne pour moi comme des créatures bien plus imposant. Aussitôt question poser aussitôt il parla de ce qu'il se passe aujourd'hui. Plisse les yeux quelques secondes a la fin de ses paroles me laissent à travers de plusieurs questions mais j'ai peur de connaitre la réponse sur le moment. Je ne suis pas un chasseur de démons, c'est sur que quand un me tombe dessus je me défens mais tout s'arrête là.

Tu veux dire que nous sommes notre propre ennemi ?

En fait je veux réellement une réponse de sa bouche. Cette histoire de clan c'est la première fois que j'en entends parler. Je suis plutôt ouvert à toute forme de future aussi catastrophique les uns comme les autres mais celui-ci fut mon premier aussi droit, clair et en parole avec des questions-réponses. Même si ne je n'ai reçu que des idées fausses sur la personne du moins sur l'ancienne personne. Cela dit il m'apprend une chose sur le moment, c'est qu'il semble pas aussi méchant ! c'est vrai que j'ai entendu tellement, même différent je suis sur que j'entendrais encore des remarques déplacer sur sa personne. Après est-ce qu'il me manipule, c'est possible je suis un aveugle dans un labyrinthe. Cela dit, j'apprends et je l'accuse de rien.

J'espère juste que ça soit pas le manoir des trois folles


Le regarde quand il parle d'odeur, dans la logique je ne sens très rarement les endroits que je visite mais il m'arrive que ça loupe étant ce que je dois connaitre, une simple odeur ! ça m'ait arriver en 2008 quand j'ai croisé un dieu " parfumé ". Sa m'a aider certes mais là je doute que je vais apprécier d'après ce qu'il dit, j'espère que mes narines ne serons pas brûler par une sacré odeur.

Avec de la chance je vais rien sentir

Qu'importe après tout, je suis bien allait dans les pires endroits, pourquoi pas celui-ci ! et tout ça sans savoir si c'est bien ici que je dois voir ou bien ailleurs, je regarde quelques secondes derrière moi pour une dernière " photo " et le regarde.

Montre moi ton avenir




Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 24 Mar - 15:53

La plaque donnant accès aux égouts de la ville ouverte, la créature s’engouffre dedans. Un peu comme une personne au bord d’une piscine, le tout s’est d’y allez sans hésiter. Après quelques instants, le temps pour le jeune Samuel de le rejoindre et la créature se met à marmonner quelques choses. Aussitôt fait, une très vague lueur apparaît quelques instant avant de disparaître. Une petite attention laissée aux gros rats. Ce n’était pas du très grand art et aucunes sorcière digne de ce nom, ne se laisserait berné. Cependant toutes les créatures surnaturelles n’avaient pas forcément les mêmes dispositions qu’elles afin déjouer ce genre de piège.

Toujours couvrir ses arrières.

Un peu plus tôt à la surface, il était resté muet vis à vis de certaines phrases qu’il lui avait été donné d’entendre. Toujours quelques peu sur le qui vive alors qu’il reprend son chemin, il risqua à l’attention de Samuel.

Je soupçonne, les myst…, les sorcières qui accompagne habituellement toute une escouade de tueuses d’avoir lancé un sortilège d’une certaine ampleur en ville. Toutefois cela ne m’a pas empêché ni moi ni d’autres créatures de parcourir ces rues désertes.

Encore une histoire ou il ne fallait surtout pas que cela affecte la population et évidement éviter qu’un monde que beaucoup ignore ne soit trop affecté. La protection des hommes, le secret sur le monde occulte encore et toujours. Ils y a de ses choses qui ne ne changeait pas.

Une poignée de chasseur des états alentours ce son plus ou moins réunis pour donner la chasse à un Alpha apparut quelles années plus tôt. Ils leur arrivent parfois de croisé des tueuses. Certaines fois tout coule mais ce n’est pas toujours le cas.

Pour la créature lorsque des prédateurs se disputait la même proie, il était bien rare que tout se déroule au mieux. Ils étaient plus motivé par celui qui tuerait le monstre le premier que par le faite de l’arrêter. Bien entendu il pouvait se trompé. Cependant il avait déjà catalogué les leaders des deux clans. Le reste à quelque exceptions prés, suivait comme toujours. Jusqu’à ce que leurs chefs provoque le mécontentement et quelque forte tête ne tentent une mutinerie. Donnant ainsi des autours illusoires à ceux qui suivait jusque là. C’est l’une des raisons pour lesquelles il prenait ses distances avec ce genre de loups. Cela dit il pouvait se tromper. En tout cas lorsque deux meutes se rencontraient dont l’une d’elle était majoritairement composé de chasseurs plutôt habitués à la joué solo. Il fallait éviter de traîné dans leurs pattes, enfin en ce qui le concernait, il s’agissait plutôt de faire mine de le faire.

Lorsque nous étions au-dessus, j’ai eu du mal à saisir tes paroles. Toutefois le nombre, le genre… si tu veux parler des trois sœurs. Je ne peux pas comprendre pourquoi tu les as qualifiées de folles… Sont-elles d’un autre clan ? Quels que soient vos différends je ne puis que vous recommander de faire avec. Sans cela vous perdrez toujours plus, que ce que vous gagnerez.

Jules César avait raison, divisé pour mieux régné. En cela les hommes étaient du pain bénis pour les plus malicieux. Toutefois lorsque l’on ne savait pas comment bien manœuvrer pour mener à bien cette stratégie mieux ne valait alors ne pas l’utiliser. Cela, il l’avait apprit à ses dépends lorsqu’il avait misé sur un élément qui dans cette dimension ne fonctionnait pas comme il l’avait espérer. La lumière…. Mais que restait-il lorsqu'elle s’éteignait ? L’obscurité la plus complète. Ni elle pas plus elle que sa consœur il n’avait sut correctement l’utilisé. Aujourd’hui il faisait juste avec. Toutefois possédait il quelques chose qu’il n’avait pas à l’époque. Avoir perdu beaucoup lui avait permit de ne plus sous estimé une telle chose. Alors lorsque les plus jeunes se crêpait le chignons pour un oui ou pour un non cela ne le faisait plus autant rire qu’auparavant. Soudain, il accéléra, malgré le cocktail propre à l’endroit cette odeur là était un grand classique Encore quelques pas et la silhouette d’un corps était visible. Inspectant la dépouille du regard, il lança.

Ce n’est pas jolis, cependant contrairement au apparence, celui qu’il la terrassé savait ce qu’il faisait. Parmi les os brisés, il n’a cherché à atteindre que les organes qui vous sont le plus chère.

Une tueuse ou une sorte d’adepte de la chasse aux monstre peut-être. Une fois mort depuis quelque temps déjà, pour lui ils se ressemblaient tous. Regardant Samuel il dit en soupirant presque.

Tu voulait voir mon époque, au rien de bien tordant. Ont continue toujours à s’étriper dans l’obscurité, jusqu’ à la fin et il me tard parfois d’en voir le dénouement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 1 Avr - 21:23

J'aimerais comprendre pourquoi toute sorte d'ennemi choisisse les égouts et autres choses dégueulasses pour soi cacher soit pour mieux attaquer. Pourquoi ne pas faire comme Angelus et compagnie dans un super immeuble de luxe ! ou au moins il avait la décence d'avoir plusieurs états de monstre visible et chiant à en crever ! j'aurais adorais vivre ce moment mais manque de bol je n'étais pas invité à la fin étant six pieds sous terre. Je suis Kael après tout qu'est-ce qu'il peut m'arriver ? qu'il me tue se ne changera rien, qu'il me capture je partirais malgré tout dans mon temps. Et puis bien qu'il soit des mauvaises image pour le moment, les gens changent. Il explique pour les sorcières.

Les tueuses sont ici ? qu'est-ce qu'elles font ?

Beaucoup de choses semblent avoir changé ici, les tueuses selon ce que je sais ne sont presque plus sur le territoire de Californie. Les sorcières par contre c'est étonnant enfin ceci dit je peux comprendre que les temps changent mais je n'aurai pas accepté certaines choses, comme voire des tueuses dans mon quartier. Je n'ai rien contre elles seulement je suis génétiquement un ennemi face aux tueuses. J'ignore pourquoi et je n'ai pas envie de savoir ni comprendre. Regardant autour de moi je remarque que pour le moment aucune odeur ne va m’écœurer ça risque cependant de devenir mais dans mon temps à moi. Alors Kael me parle d'un Alpha, ce que je déteste entendre dire c'est bien ce mot. Son annonce une personne au tout début de ce monde - ou de culture de ce monde - en général pas bon, il est rare qu'il soit tout mignon. Un avatar comme les sœurs parlent ? en tout cas je n'ai jamais croisé ce genre de personnage.

Un Alpha c'est un avatar ? ou ça veut dire autre chose ici ? un maître au début de ce monde peut-être ?


Quoi qu'il en soit je suis pas un grand fan de ce mot là ! c'est toujours aussi emmerdant de toute façon d'avoir des anciens trucs monstrueux dans ce siècle, soit ils veulent le monde, soit il veulent l'univers. Dans les deux cas la destruction. C'est chiant et j'espère d'une partie de mon être que cette Alpha veut juste avoir des lapins comme animal de compagnie que le monde en esclave. Maintenant que j'y je connais une Alpha mais celle-ci est en sommeil et neutre comme un volcan d'air.

A vrai dire je suis génériquement programmé pour ne pas aimer les sorcières / ères c'est pour ça mes paroles veulent rien dire, je sais qu'elles sont puissantes mais moi en face d'elle je risque de leur créer le plus gros des problèmes. J'ai aussi des défauts, c'est une des raisons que les dieux me veulent, certaines choses son programmer dans mes gênes et je ne peux luter. Le regarde quelques secondes. Elles sont décidées de partir de notre clan parce que Seth a tué Prudence.

Tuée par mégarde je tiens à le faire savoir. Le dieu Seth n'est pas un tendre mais quand la trahison de la sorcière lui a frappé au visage, celui-ci a fait que montrer le sien... mé-garde n'est peut-être pas le mot qu'il fait. Quoique les sœurs sont parties livrer leur propre guerre : Seth, la source de tout problème. Je peux comprendre ! une chose magique où ailleurs pas d touches ma sœur il finit comme celui qui lui a passé la corde au cou.

Vous êtes tous sur terre désormais ? il y a plus " votre place " autant au dessus que en dessous de nos pieds ? tout le monde au centre ?


Je le suis et l'odeur me vient sans doute un peu plus tard que Kael, c'est le décalage du temps qui provoque cette chose, je passe ma manche sur le nez et regarde ce qu'il me montre. C'est pire que dans Resident Evil. Bordel je sais pas comment je tiens le coup ! de toutes les visions que j'ai vues, les voyages et tout je crois qu'elle se classe parmi les premières dans la catégorie des plus dégueulasses.

Chouette ton monde ! T'es tout seul ici ? personne de ton rang pour t'aider... ou ils sont mort ou fous ?

Je dis rang puisqu'il est - ou était - un divin. Il est seul contre cette horreur ou bien il es aider par une source magique autre ? même inconnu allez savoir...



Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 15 Avr - 16:31

La créature dressa ses oreilles de lynx. Les autres prédateurs s’étaient finalement décidés à lui emboîter le pas. Le piège avait été actionné et il le savait redoutable contre les êtres fait de chaire et de sang. Loin de s’inquiéter du sort des victimes, de cette de forme de magie qu’il utilisait désormais, l’ancienne divinité reporta son attention sur la dépouille gisant à ses pieds. Rien de terrible pour lui. S’il faisait désormais partit des sacs d’os comme ils les surnommaient dans le temps. Il ne possédait pas le degré d’empathie que lui prêté parfois volontiers les membres de la communauté magique actuelle. Loin de le déranger le corps ne l’empêcha pas une seule seconde de continuer à répondre aux questions posées par le jeune demi-dieu.

Un alpha Samuel, cela peut désigner bien des choses. Dans ce cas précis, pour ce que j’en sais les avatars ne sont pas impliqués. Ils semblent attendre encore leur heure. Pour ma part je dois bien avouer que je ne suis pas pressé de les voir resurgir de nouveau.

Ce collectif avait des limites et un objectif. Puissants et intelligent ils savaient quand se retirer du devant de la scène et quand en revenir aussi. Pour autant, dans l’ancienne Égypte, Horus ne les auraient jamais soutenues. Leurs méthodes pour parvenir à un monde meilleur étant quelque peu discutable. En ce le qui concernait lui, rien n’était moins sur. Toutefois ils avaient eut raison de ne pas l’approché. Sa folie apparente durant ses changements de formes dans le passé ne fut hélas
pas la pire de ses facettes.

La rumeur la plus populaire le fait appartenir à une espèce de monstre non dévoilé jusqu’alors. Bien des surnoms et des théories ont courut à son propos. D’aucuns prétende qu’il est le fils d’une créature au nom biblique. Un alpha ce qui implique hélas qu’il soit le premier de son espèce. Il s’est amusé à jeter des fausses piste dans le seul but de nous mystifier quant à son origine. Dans tous les cas ce sujet divise.

Alors que les autres lui donnaient la chasse lui ne s’était pas impliqué de cette manière là dans cette affaire. Se salir les mains, il le faisait encore parfois. Mais il tachait de les éviter le plus possible. C’était ainsi moins dur de paraître plus avenant qu’il ne l’était réellement. Tout contrôle avait ses limites et dans son cas, il avait lui aussi son point de rupture.

A ce que je sais aucun des membres de cette famille ne se trouve actuellement en ville. Hum, génétiquement tu dis. Dans ce cas si l’on venait à croisé une sorcière, tu me feras le plaisir de tempéré tes ardeurs. A moins que tu ne préfère que je m’en charge ?

La créature employa le ton approprié pour faire comprendre à Samuel qu’il plaisante. Cela dit ce n’est pas réellement un sujet de plaisanterie. Sans être une bête féroce cette particularité ne devait pas toujours aider le jeune homme dans ses affaires. Le dieu pensait le comprendre jusqu’à un certain point tout du moins. Après tout il n’était pas sa peau et ne l’avait même jamais envisagé de rentré dedans pour ainsi dire. La créature pris soins toutefois de ne pas répondre à cette affaire funeste impliquant l’une des Halliwell avec le dieu Seth. Il n’avait à défendre son ancien rival ni même à le juger. De son point de vue les actes de ce dieu aussi répréhensible qu’il puisse être n’était rien en comparaison de ce que lui-même avait put faire.

De plus en plus mais pas tous, non. Il y a toujours des rats d’un goût goûteux qui ce balade dans les égouts et même sous terre littéralement. Certains choses ont évolué mais bien des plans d’existence propre à ce monde ont sut se maintenir.

Dans ce monde là, les hommes et les créatures vivaient non loin les un des autres depuis des temps immémoriaux. Pour autant que d’avantage vienne y demeurer n’était pas en soit une bonne chose. Les humains avaient leurs technologies dont certaine se révélait efficace contre eux. De plus ils savaient depuis longtemps qu’ils existaient. Pas le plus grand nombre bien sur mais d’autres. Ceux successible de monter et de financer des structures, des effectifs qui ne pouvait que les inciter à la plus grande des prudence. C’est en cela que ce que préparais l’alpha pouvait s’avérer dangereux.

Seul, oui mais par choix. Je ne vais pas entraîner à ma suite ceux qui ont confiance en moi sous prétexte qu’ils pourraient être consentants.


La créature avait pour tache de protéger la communauté magique actuelle comme les elfes, et autres créatures. Il n’avait pas intérêt à s’absenter trop longtemps ni même à diminuer leurs effectifs. Là bas ont ne pouvait bien souvent pas décemment parler de guerriers. Toutefois il s’était très rapidement rendu compte qu’il ne pouvait pas être seul garant de leurs sécurité. Parfois il devait s’absenter notamment parce que certaine de ses protégés se rendait chez les hommes. Comme il ne pouvait pas toujours s’appuyer sur un non moins célébré clan de sorciers et de sorcière. Il avait sut tirer partie des qualités et des différentes spécificités propres aux espèces demeurant dans ces plans. Les démons et autres malfaisant y avait été plus d’une fois été ridiculisé. Mais lorsque cela ne suffisait pas, la créature abandonnait  sa face édulcorée pour aller frapper à son tour chez l’ennemi. Et il s’avérait alors qu’il ressemblait d’avantage aux créatures qu’eurent à affronter bien souvent  les frères Winchester qu’à un des membres la communauté magique. C’était un monstre qui jouait les nounours mais il n’en était évidemment pas un.

Je signalerais la présence de ce corps sans vie aux autres. En route, nous n’avons que trop tardé.

La créature se décida enfin de s’arracher à cette vision funeste. Bien que son piège ait fonctionné. Il ne faudrait pas qu’il s’endorme surs ses lauriers. Après tout certaines créatures avaient la peau dure. En mouvement il lança à l’attention du jeune demi-dieu.

Il n’y a personne de mon rang qui ne fasse ce que je fais. Je ne suis plus divin, ce qui n’est pas si grave que cela. Après tout je n’es pas toujours été qu’un dieu. En relativisant, je vois plutôt cela comme un renouvellement. Et à la fois il faut bien le reconnaître, pour l’une de mes deux lignes de vies antérieures, c’est comme un retour. Un retour aux sources.

Ce qu’il digérait un peu moins c’est que son retour dans ce monde reposait encore sur un mensonge. Quelque chose qui avait été espère, il y a plus de dix mille ans de cela pour être par la suite oubliée. Il n’était pas certain que cela se serait effectivement produit si la destinée de deux entités n’avait été profondément altéré. Si la Force primordiale et d’autres ne s’en était pas mêlé. Il se peut que Horus ait continué son chemin tandis qu’un autre restait enfermé dans son sarcophage de pierre. Sans leur rencontre lui n’aurait tout simplement jamais existé. Sans ses choix et la puissance magique qui l’avait sauvé du néant il ne serait pas ce qu’il était aujourd’hui. Il semblait d’une certaine manière avoir la chance de son côté. Même si son immortalité n’avait toujours été que relative. Il ressurgissait encore et toujours. Cela, jusqu’à ce qu’un beau jour la roue ne décide enfin de tourner en faveur d’un autre. Mais il y avait fort à parier qu’il n’attendrait pas jusque là pour agir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 21 Avr - 21:55

Oui un Alpha montre aussi qui est le chef d'une troupe, exemple Alex lorsqu’il a fait sa hyène. Je ne suis pas idiot seulement les seules que j'ai entendues pour le moment sont les avatars. Jamais une créature primitive bien que celle que je connaisse la plus vieille c'est son maladroit frère / oncle et Illyria qui est en mode absent pour le moment. Tout en regardant autour je commence à sentir l'effet de mon don qui commence à être " instable " mais pas sur le point de le laisser, juste instable. Il peut encore bouger, je peux me trouver en haut d'une colline a plusieurs kilomètres d'ici et ici en même temps. Ce qui est chaud quand ton pas du cerveau comme moi.

Ouais un style primitif bien casse bonbon pour détruire tout ce qu'il entoure ou bien le même style mais avant même la création de tout cela. tu sais on a déjà un Alpha perso et il est cool à moins que ça soit lui le bis boss je vois pas trop ce que ça pourrait être

Le seul que je connais pourrait être un Alpha mais si on lui donne se titre il ne sera pas content. Sa race est tellement vieille que même nous, humain ne peut pas comprendre ses racines et même avec des explications claires et précises de sa part. Ceci dit ça ne doit ne pas être lui étant que les dieux ne se sont jamais mis contre lui, ou bien lui parler. Peur ou tout simplement un autre sentiment, le dieu devant moi aurait pas fait toute cette évolution si lui était là en gros Alpha.

Désolé mec je peux pas changer quelque chose, tu peux me voir parce que mes dons ont choisi, tout ce qui se passe autour il y a une fine chance qu'ils me remarquent aussi. Si c'est le cas, je pourrais même avec la chance de t'aider de le faire.

Contrairement à ce qu'on pense moi, Hope et Nieh nous sommes des noms magiques. Moi la destinée, Hope l'équilibre et Nieh l'espoir / désespoir. Nous ne sommes pas des dieux ou demi-dieux comme les autres, nous sommes des noms et les dons sont des matières vivantes qui bien sûr font partie de nous mais ils peuvent être vivant et contre nous. Mon don principal c'est celui-ci et il est impossible de le contrôler. Bref j'écoute ce que l'ancien me dit avec attention. Je regarde tout en écoutant autour de moi, il est dommage que je n'ai pas les capacités d'un dieu animal pour mieux voir. Je suis de ce côté-là un simple humain et c'est bien chiant pour ce genre d'endroit.

Je critique pas t'as fait ton chemin et pour le moment ça te semble bien te réussir... regarde ma main qui disparait mais revient de plus belle. Dit moi une chose pourquoi ici ? le monde est détruit ou c'est pas choix ?

En général je pose jamais les bonnes questions et là je suis sur que je me suis encore loupé de chemin pour me retrouver avec une réponse que je pense savoir - ou pas ça serait mieux. Toute suite je fixe le personnage a côté de moi qui parle de son coté divin et de sa vie avant. " Horus " est un des pus anciens dieux toutefois le deuxième c'est mon mentor et ils sont frères. comment ça se fait-il qu'il me dise qu'il n'a jamais était comme ça avant. Possibilité qu'il ait une vie " normal " dans la mesure des anciens mais normale avant d'être un dieu .

Sa marche pour ton second ou seulement pour toi ?




Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Mar 26 Avr - 16:49

La créature plissa des yeux, il avait toujours eut un peut de mal avec certains mots, appartenant un répertoire particulier. C’était un peu décrypter ce qu’on lui racontait tout comme certains mortel tachait de le faire avec les dieux et leur langage parfois bien particulier. Son expérience à lui avec les alphas en général n’était pas cool du tout. Les exceptions n’effaçait pas les souvenirs. Dans la plupart d’eux, qui ou quoi qu’il fut à ce moment là, il les affrontai. En cela sa situation autant que sa condition avec quelque chose de presque ironique.

En effet, je ne crois pas que tu puisses ici y changer quoi que ce soit. Cependant, ce qui ce passe dans cet espace temps découle de qui a put ce passer auparavant. Oui, je sais, c’est un grand classique…  Dans tous les cas je doute que tu connaisses cet Alpha.

Enfant ou pas d’un monstre primordial. Qu’il soit issu d’une lointaine époque ou non. Il s’était bien gardé de raconté ce qu’il savait du monstre au jeune homme. Ce qui lui avait raconté dans sa grande majorité jusque là provenait directement des rumeurs qui circulait. Pour le reste le jeune homme risquait de le deviner bien assez tôt.

Tu crois ? En surface, oui je m’en suis bien tiré. Pour le reste, si j’étais toi, j’éviterai de trop me fier aux apparences. C’est comme ce monde, on dirait qu’il tien encore debout alors qu’en réalité il est au bord du gouffre. Les monstres veulent plus que ce qu’ils avaient avant. De là à ce qu’ils gagnent cette guerre il y encore de la marge. Ce qu’ils ont tendance à oublier c’est que les grandes tueries ramènent toutes sortes de charognards. Et au final il se pourrait qu’il ne reste que ces oiseaux de malheur planant sur un immense charnier. Ici ? Les égouts c’est juste un raccourci, encore quelques minutes et nous pourrons faire surface.

Il n’y avait pas eut plus d’apocalypse avorté avant terme, que d’habitude. Les factions appartenant aux mondes des ténèbres continuaient toujours leur manigance. Seul sortait pour le moment, tout du moins cet Alpha et sa tentative de réunir les autres clans contre ceux qui leur donnait la chasse. C’est ce qui paraissait tout du moins. Il avait toujours des choses qui elle ne transparaissait pas au grand jour.

Mon second ?  J’aurai peut-être du t’éviter ce passage là…

En faite certains évènements passé et en cours viennes en partie de là. Le seul truc c’est qu’il arrive à se faire comprendre du jeune homme.

Je ne vais pas rentrer dans les grandes lignes. Pour faire court j’ai en à mémoire deux cycle de réincarnation appartenant autrefois chacune à une entité différente. Dans la plus jeune d’entre elle, j’ai le souvenir d’avoir été un animal. Pas le genre que tu pourras croiser dans l’un de vos parcs animaliers. Non, je parle là d’une créature que vous autres qualifieriez de fantastique.

Hier dieu, aujourd’hui monstre dérivé, inspiré d’une légende qui n’était jamais revenu. Celle qui l’avait rappelé en ce monde avait fait ce qui avait déjà été avant. Réanimé une vielle croyance, une légende peut être inventée par des créatures alors quelque peu désorienté d’avoir perdu, leur gardien d’alors. Exploité en somme une croyance d’avant ainsi que la crédulité de la communauté magique tout entière. Et remplacé celui quelle concernait par un imposteur. Bien qu’on ne lui ait à l'époque pas présenté les choses de cette manière, c’est ce qu’il était venu à penser

C’est cela dont je voulais parler. Retour, aux sources, seconde ligne de vie. Mais bon je suis radicalement différent de cet animal là. Bien plus même, que ce qui à vendu à la communauté magique. On leur a mentit sur l’époque de ce pseudo retour et même sur celui qui à été ramené. Mais cela ne s’est pas arrêté là, cette première déformation en a entraîné d’autres. Jusqu’à ce que le monstre qui frappe actuellement n’apparaisse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Mer 11 Mai - 13:51

Je pense pareille que lui sur le fait de pas connaitre cet Alpha. Les choses anciennes ont ne ma jamais tenu au courant. Peut-être que les secrets du monde même les dieux ne le savent pas et si c'est le cas, c'est pour pas que je le sache tout simplement. Sa me remettrai en question sur ce monde. Dans tout les cas, je suis aussi sur que ce monde était aussi magique, sans doute détruite avant que la vie que nous connaissons soit réelle. Je me souviens lorsque j'étais en Histoire, plus jeune et sans savoir qui j'étais, je me disais qu'il était impossible que les anciens, exemple les nordiques parlent de dragon et a l'autre bout du monde, en chine ou l'empire asiatique de l'époque le pensaient eux également. Pour moi, la connaissant des anciennes sont plus proches de la vérité et il suffit juste de bien lire et voir les signes. Cependant, un Alpha c'est une chose dont j'ai horreur en général ça annonce toujours du mauvais, sauf celui que je connais mais lui, il es différent.

C'est toujours le même schémas pour moi. Est-ce que toi, dans mon temps je crois que tu es Horus bien que Seth a oublié le nom que tu avais dit.. sais quelques chose sur sa ? si oui je pourrais essayer de te retrouver et te parler. Mais tu sembles avoir une tête de turque bien lunée !

Seth à oublier le nom que " Horus " lui avait donner alors pour le moment ça reste le dieu faucon avec son nom légendaire. Si "Horus" a une affaire a voir avec sa autant lui en parler, le regarde d'un coin de l’œil.

A moins que c'est la chose qui était dans toi ou une sorte de possession


L'homme me met dans la confidence qu'il faut toujours ce méfier des apparences, d’où mon petit ressentiment envers lui. Ce que je sais c'est que je toujours vécu dans ce genre de chose entre les dieux étrange bien que gentil pour la plus part d'entre eux, un Seth il faut l'avouer c'est un modèle parfait sur l'apparence d'un petit ange a belle gueule et dernière c'est une autre personne. La première fois que je l'ai vu il était " normal " a mes yeux et je connais pas bien son histoire c'est une fois a la maison que j'ai fais le curieux. On peut dire ce qu'on veut, il me fait toujours aussi peur et sa même s'il me sourit en me disant qu'il ne fera rien.

J'ai deux maîtres pour m'apprendre ce genre de chose et crois-moi, ils disent la même chose.

Peut-être plus aujourd'hui mais c'est des proches de lui. Je suis ce genre de garçon qui parle facilement mais la confiance viendra une fois qu'il y aura des preuve et bien d'autre chose. L'homme face a moi je le connais pas, certes son identité et son ancien lien avec les dieux sont là mais après, je le connais pas ! autant c'est lui l'Alpha, autant il va sortir un coup de poignard et m'égorger, ça servira a rien je suis fait massacré plus d'une fois comme ça, ma magie dépasse beaucoup de chose et je ne peux pas contrôler leur geste. Mais il faut être suicidaire pour le faire, ils sont dans le future, le miens.

C'est original comme ... disons mutation


J'aimerais pas être a sa place. Déjà mon ancien moi, Mipou me pose pas mal de problème alors faire comme lui, j'aimerais pas.

Oh attends je suis pas comme le groupe d'Angel d'accord ! je chasse mais je tue jamais les créatures comme tu le dis ! je l'ai calme si leur colère est trop puissante ! la seul chose que j'ai tuée parce que j'avais pas le choix c'est la première des sorcières je sais pas si tu la connaissait ou quoi mais c'est bien la seule


J’assomme mais je tue pas. La sorcière j'y étais obliger. Tout les chemins vers l'avenir montrer le sombre et la destruction, dieux y compris. Elle, c'était une Alpha j'avoue, elle était là durant la création mais c'est bien la seul chose que je connaisse d'elle.

Depuis quand tu es comme ça ? depuis quand ta senti ce changement ?




Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Sam 14 Mai - 10:02

Le fils de Nout n'a jamais été le plus cérébral des dieux. Pourtant, un dieu qui avait jadis sut tromper Osiris ne pouvait pas être confondu avec un parfait idiot. Tout en demeurant évidemment éloigné des esprits comme Thot et de bien des déesses. Restait sa nature qui se mariait parfaitement avec ses fonctions. Que ce soit Horus ou même encore Râ, ils avaient pu constater tous les deux jusque pouvait aller les défauts, les déficiences mentales du dieu rouge. Qu'il soit en plus étourdit ou un autre mot plus approprié ne devrait pas étonner la créature. Une grande partie de ce qui avait été dit et échangé était très certainement passé à la trappe, plus tôt encore que ce qu'il pouvait imaginer. Les événements remontant pour lui à plusieurs années en arrière. La créature chercha dans ses souvenirs, à ce moment-là il avait dû révéler le nom qu'il s'était lui-même attribué. D’un air songeur, rivé alors sur des temps depuis révolu, il dit :

Non Samuel, bien que cela y ressemble ce n'était pas Horus. Je ne le suis d'ailleurs plus depuis déjà fort longtemps. Hier comme aujourd’hui je suis Kael-Hor. Les Horus qui ont pu apparaître à ton époque était mes masques et mes smokings d'alors. Tout comme j'aurais pu prendre des formes qui il fut un temps n'avait strictement rien avoir avec le fils d'Osiris.

Tout en étant bien plus qu'une simple mascarade ils n'étaient pas véritablement ce qu'ils paraissaient être. C'était des imitations suffisamment réalistes pour me tromper moi et les autres dieux quant à leur véritable nature. Ses formes là furent pareilles à des clones imparfaits, qui à terme était destiné qu'à n'être rien de moins que de grossière caricature de ceux qui furent et ne seront certainement plus. C'est peut-être ce que Seth n'avait pas put saisir à l'époque. Et il était même préférable de croire ce qui arrangeait tout le monde que d'imaginer toute autre chose

Si tu venais à me rencontrer sous ces formes-là et bien je ne peux pas te garantir qu'il enfin le moi d'avant n'essaierait pas de te tuer. S'il venait à prétendre quoi que ce soit sur cet Alpha, il te mentirait très certainement. Toutefois, il me semble me rappeler avoir mis un temps de côté mes smokings. Si c'est bien le cas il n'utilisera probablement pas la force contre toi.

C'était un peu comme à la roulette russe. Sous d'autre forme le dieu qu'il fut, pouvait bien se tenir ou bien au contraire complètement dérapé. Parfois même sans qu'aucun signe ne viens annoncer ses excès de comportement. Cela dit, il était également possible qu'il ne rencontre pas en tant que dieu égyptien entre autres choses. C'est ce qu'il avait dû annoncer à Seth des années en arrière. La source divine sans masque et sans autre apparat qu'une apparence humaine. Une illusion bien mince comparé à l'inhumain qu'il était réellement.

La chose qui était en moi ? Je suppose qu’à un moment ou à un autre j'aie dû donner l'impression d'être possédé. Cela dit, peut-être que cela aurait été préférable…

Interpellé par un cas de possession dont il aurait pu souffrir. La créature semble se tourner les ménages comme pour se rappeler quelque chose qui n'existe pas ou qu'il aurait tout simplement oublié. Faisant une drôle de tête il finit par lâcher

Ha oui, la petite teigne !  Et bien il se peut qu’au cours d’un combat j'aie accidentellement permis à une force étrangère à ce monde interféré avec lui. À un moment donné son esprit a pu interférer avec le mien.

Il se peut, non à l'époque il avait bien facilité l'accès à une créature au moins aussi dérangé que lui, afin qu'elle puisse l'aider à distance. Résulta, il avait réussi à la vexé et elle avait en apparence essayer de le tuer lui et le dieu rouge. Quant au reste ce qu'il ne racontait surtout pas c'est qu'il lui avait également permis de se servir de ses yeux afin qu'elle puisse scruter ce nouveau monde sans même qu'elle n'ait eu à se déplacer. Oublies volontaires de sa part ? Passant son bras derrière la tête comme il avait pu le faire auparavant, la créature semble un peu embarrassée par ses aveux.

Dit moi c’est que tu en sais des choses. Seth est une véritable bavarde ou l’on t’aura rapporté cela d’une manière ou d’une autre.

Comme si lui ne l'avait jamais été. S'étendre sur un sujet alors qu'il ne lâchait que quelque mot sur un autre qu'il ne souhaite pas trop aborder. Pas même une mise en garde directe contre l'allié siphonné qu'il avait pu avoir dans le passé.

Et bien je ne peux que leur donner raison.

Deux maîtres, dont Seth. Il faut bien à l'avouer à l'époque il n'avait pas bien saisit pourquoi on l'avait laissé entraîné le demi-dieu. Seth était un combattant, un véritable guerrier. Mais pour ce qui était du reste... Ne sachant pas ce par quoi le dieu rouge était passé, "Horus" avait prit cela comme un manque de jugeote de la part des autres divinités.

Mouais enfin disons que l'on ne m'a pas donné le choix. Si cela avait le cas je crois que je les aurais envoyés se faire… enfin je te laisse imaginer la suite.

Pour la créature un contrat cela marchait dans les deux sens. Là on s'était tout simplement contenté de lui agiter un ancien devant la figure. Pourquoi l'avoir pas fait revenir en dieu ? Et bien il ne pouvait qu'imaginer qu'il était ainsi moins difficile à contrôle que s'il était encore une source divine. Cela dit, il pouvait exister d'autres raisons. Dont certaine qu'il n'envisageait même pas. Grognant comme le dernier des pères ronchon dans son fort intérieur. Encore dans ses pensées, il répondit distraitement

Non, jamais rencontré… attend, puis d'une manière plus soudaine. Tu t'ai fait la première sorcière ?

Conscient que cela pouvait éventuellement mal interprété, il rectifia.  

Tuer je voulais dire…Que tu puisses nous calmer ou éliminer les pires d'entre nous. Dans tous les cas tu es une menace pour celui qui voudrait… faire certaines choses. Désolez de te l'annoncer comme cela mais, le moi d'avant risque bien de considérer ainsi. Et cela même si tu as le bon droit de ton côté ou encore même que tu sois bourré de bonnes intentions.

Calmer les puissances du monde occulte, voilà un don qui n'était pas forcément à la porter de tout le monde. Toutefois, dans le passé, sans ses formes pouvant prêter à la confusion. Il n'était pas de ceux qui s'emportaient le plus facilement. Chez le devin qu'il fut alors, la violence était une option qu'il laissait le plus souvent à ses divers avatars. Lui n'en avait pas besoin ce qui ne voulait pas forcement dire qu'il soit incapable de faire du tort à qui que ce soit bien au contraire.

Le dernier changement remonte à une bonne dizaine d'année en arrière. Après ma disparition, certains ont trouvé le prétexte et les moyens pour me faire revenir de là où j'avais atterris. Lorsque l'on m'a réintroduit dans ce monde, j'avais perdu mon statut divin. Beaucoup ce son méfié, que mon pseudo retour colle avec une ancienne croyance ou pas. Ils étaient beaucoup à douter et ils eurent raison de le faire.

Disons que jouer les "nounous" auprès de la communauté magique n’était pas sa seule occupation. Il passait la majeure partit de son temps à jouer son statut officiel. Mais le reste du temps était dévolu à tout autre chose.

Tiens… j’aurai juré que c’était par ici.

La créature croisa ses bras de dépit, l'accès à la surface n'était pas loin. Il avait suffisamment utilisé se plaisant raccourcis durant une période pour en être plus que certain. Les choses ne disparaissaient pas ainsi comme par enchantement. Et il avait suffisamment passé du temps dans un lieu remplit de cette espèce pour pouvoir affirmer sans se tromper.

Sorcières ! Je leur tordrais bien leur petit…

La créature exécuta dans le vide un geste suffisamment équivoquer pour démontrer ce dont il parlait.  C'est alors que retentirent une série de coup de feu retentit au loin, coupant court à la démonstration pas très fine de la créature

L'on dirait que quelqu'un est tombé sur une bande de rat à moins que ce ne soit l'inverse…

Alors que des cris parviennent, la créature paraît très loin de vouloir se déranger pour voir de quoi il en retourne. La peur est en cage comme sa conscience qui à l’instant, à été laissé très loin derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 3 Juin - 16:40

Ce que je comprendrais jamais c'est pourquoi les êtres aussi puissant qu'un dieu, puissance surprime, fondateur ou autre grande chose ont besoin de prendre les gens pour les triples idiots. Ont besoin de montrer leur grandeur ! Je me souviens d'un aller vers le passé et je me suis retrouvés face a un roi Viking, me demander plus son prénom, le mec avait juste la grosse tête. Ce qui semblait normal étant les meilleurs de ce monde a avoir fait quelques chose de leur civilisations. Bref le mec avait tellement la grosse tête qu'il voulait encore et encore montrait qui était le chef. Pourquoi plus t'es puissant plus t'es cons ? Cette réponse je pourrais la demander a Mipou quand je le croise dans un miroir mais l'affaire d'Horus et lui même me dépasse. Pourquoi évoluer en quelques chose qu'il était pas ? je veux dire, avant d'être Horus il était une X personnes, puissante sans doute, ça quoi ça lui sert de ce mêlé de l'histoire ? Horus est une chose perturber qui ne sais pas ou est sa place. Sans lui dans l'Egypte ça aurai était un petit chaos je l'accorde, mais sinon ? le mec ce met dans dix milles vies, évolue pour une raison qui me dépasse étant un simple crétin...

Horus est un schizophrène

C'est ce que je dis de tout les dieux, il ne faut pas le prendre pour soit. Les dieux sont tous des malades atteint de grande trouble manteaux. Alors que je pense a suivre l'homme évoluer, moi je commence a revenir dans ma chambre. Un seconde, puis l'autre d'après je reviens. Je ne sais pas ce que fait mes dons cosmique mais c'est certain qu'il y a quelques chose de pas net la-haut. Mes dons sont comme ceux des anciens bien que plus complexe étant donnée qu'ils sont dans l'univers et qu'il se trouve être aussi infinis que la flèche du temps.

Ouais, ou alors t'es un parfait acteur après ta défaite face à son ex ennemi. normal que ta changer de tronche et de statue après s'avoir fait bouffer la face

C'est une petite provocation qui veut absolument tout dire. J'ai pas une dent contre Horus de l'époque je le trouvais très narcissique ! au lieux de voir le bien partout il voyait le mal, le mec arrive sur terre et dénonce les conneries d'Angel après plusieurs années. C'était pas a lui et même s'il fessait partis du conseil des puissances. Il a débarquer, fait son beau et a bouffer du sable. Ceci dit Seth a bien morfler également et si il aurai vraiment déclarer la guerre, ça aurai était la pire des choses dans ce monde. Aujourd'hui lui semble plus raisonnable mais la double, triples figure du dieu laisse encore perplexe. On change pas aussi vite et même après des dix-neuf d'années. Seth a peut-être un demi cerveau mais au bout de 1500 ans son attitude a pris un nouveau départ, les dieux sont ment.

" Vous " les anciens vous pensez que Seth parle a un merdeux de mon genre, seulement il me dit jamais rien. les voyages dans l'espace temps le fait et j'ai appris a le connaitre ce que " vous " a jamais fait ce genre de chose.


Seth est un exemple ancien mais qu'on retrouve dans la vie de tout les jours. Un grand roi donne pouvoir au fils, mais l'autre autant ni amour, ni royaume normal... et encore moins un descendant ou des " amants(es) " potable qui ont du respect pour lui. Certes il est pas blanc mais a force de grandir avec le mot " Osiris est si parfait " je crois que j'aurai aussi péter un câble. Pour moi, Seth l'ancien était pas comme ça, il était noble et un bon guerrier qu'on a " transférer " on appeler ce changement comme vous voulez en une chose pitoyable et dégueulasse, c'est qu'ils devraient être un sacré personnage. Idem pour l'ancien Horus d'un coté qu'il est devenu un merdeux courant dans les jupes de sa mère, mais bon.. l'histoire a fait que, Horus soit the Héros de l'Egypte.

Je me suis fait ? non merci je traine pas avec les dindes... et oui je l'ai remis en place, je suis une menace c'est pour cette raison que tout dieux ou puissance m'attaque s'en arrêt. J'en veux pas au dieux d'avoir ce sentiment contre moi. Sa date de bien longtemps... Le regarde quelques seconde et jour un peu un rôle de l'homme offenser et bléser Horus ? sérieux ? il éliminerais un ancien demi-dieu égyptiens ? trahis pas sa propre trace, sa fait mal !

En faite je m'en fiche, Horus est un ancien, il m'a encore rien fait et si ça arrive, j'en ai vraiment rien a carré. Horus est juste un exemple pour les demi-dieu, un héro, le premier ! il est important et sans rire, quand j'ai su que j'allais me supporter le pire des dieux Seth comme mentor j'ai supplier d'avoir Horus, qui lui semblait pas connaitre mon histoire ou l'histoire en général du retour des réincarnés . J'écoute son histoire, je me souviens plus s'il a dit une date en arrivant cependant je serai que c'est dans pas longtemps dans mon temps à moi. Je répond pas et laisse toujours parler, ce qui est le plus noble de pas lui couper la chique. Je regarde mes mains un petit instant qui disparaisse et reviennent aussi vite et regarde la scène. Même si je suis protégé par ce voyage, sa reste pas moins que je sursaute au coups puis les paroles de l'homme reprend

Qu'est ce qu'il se passe ? regardant même par derrière et devant.




Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Jeu 23 Juin - 15:37

Tête de turc, skiso … Le p'tit gars ne manquai pas de cran pour lui parler ainsi. Après tout l'on ne pouvait pas dire qu'ils se connaissaient vraiment tous les deux. Il avait l'air plus commode que dans le passé. Mais pour une créature qui savait jouer des apparences cela pouvait s'avérer trompeur. Une chance pour le protéger de Seth que la créature, ne soit pas le dieu « fou » qu'il fut dans la mer de sable. Sinon il lui aurait certainement volé dans les plumes. Cet évènement sous le soleil aride, relativement récent pour Samuel, n'était pour lui qu'un détail parmi tant d'autre. Le garçon pouvait bien lui dire ce qu'il voulait, il savait faire la part des choses. Pas le genre à s'emporter lorsqu'un être plus jeune employait des mots qu'un de ses anciens étudiants auraient pu également employer. Dans ses mots, Samuel était presque un ange, à côté des cas difficiles qu'il avait pu rencontrer. D'un autre côté, il n'était pas toujours lui non plus toujours très subtil dans ses phrases ou encore dans ses actes.  

Je ne peux pas tout te raconter. Seulement que cette affaire sent mauvais au moins autant que la mienne. Ouvre grand tes yeux cela te sera peut-être utile un jour.

Peut-être, non c'était même certain. À quelques différences prés les évènements de son époque possédaient plusieurs points communs avec son passé et le futur proche de Samuel. Le plus simple aurait été qu'il parle. Toutefois, il préférait montrer les choses pour laisser le jeune homme seul juge. Il n'avait pas non plus trop d'intérêt à trop lui en raconter. Et il ne clarifierait certainement pas tout ce qui allait suivre. La créature note qu'aux bruits de lutte vient se joindre le crie si caractéristique d'armes différentes. Le chasseur attaqué à été rejoint par d'autres hommes.

Les chasseurs sont dans les égouts ils viennent de tomber sur des créatures qui nous filaient le train. Je ne les aiderai pas je ne suis pas là pour cela. Dans environ cinq ou six cents mètres nous allons pouvoir retourner à une aire plus respirable.

La créature avait noté un petit changement chez le garçon. Depuis quand cela avait commencé il  Samuel n'avait pas tenu à lui en faire part. Bien qu'il presse le pas et que les mètres défilent. Il reste à l'affût du moindre bruit. Qu'il provienne d'éventuelle question du jeune homme ou bien encore de toute autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Dim 3 Juil - 20:40

Par moment je me demande ce que je fou réellement ici, pas ici en ce moment mais quand je voyage comme là. Je ne peux rien faire sur la flèche du temps et encore moins sur ce que l'avenir pourrait faire. Le temps, vous savez cette chose qui tourne la terre, qui fait tuer les feuilles en automne et vise versa. Comment un simple homme comme moi peut t-il détourner l’inévitable. Le temps c'est celui qui décide de ce que sera l'avenir. Imaginez une seconde que je passe dans le passé a l'époque de mon grand père et l'empêche de rencontrer ma grand mère, vous voyez la scène ? on va dire d'un coup, c'est bon le future a changer. Non ça marche pas comme ça, en réalité quand une chose est écrite dans ce temps là, elle se passera tôt ou tard. Plus d'une fois je refais les même bon pour voir, réalisé et utiliser la petite solution qui pourrais changer. Comme un effet papillon. Si un jour un méchant démarque, un gros Titan ! Je pourrais jamais l'arrêter, tôt ou tard, dans un, dix, ou dix milles an il arrivera a sortir de son trou. C'est comme la mort. Plus tu essaie d'aider un future mort a rester envie, plus tu va devoir te battre tout les jours pour que la mort ne frappe pas a sa porte. Alors tandis que j'écoute l'homme qui pense que peut-être sa sera utile, je me demande bien pourquoi puisque même si je le signal dans mon avenir, est-ce que sa changera quelques chose ? aussi bien il est déjà présent et j'arrive trop tard. A force, j'ai mal de tête, ce milieux dont je reste depuis quelques minutes me fait ressentir plusieurs mois. Mes dons sont toujours en puissance mais celui du voyage sa batterie commence a devenir faible.

Tu ne veux pas les aidés ? les chasseurs c'est pas une sorte d'allier ?

De toute évidence Liam a une autre idée pour sauver les autres. peut-être que ce sont pas des amis aussi après tout. Sa serai dans l'encontre de nos règles a nous. Qu'importe le groupe de chasseurs, nous sommes prêt a tout déchiré pour les aidés. Mais lui, non. Je ne juge pas, je constate

ouais vivant qu'on sortent de ce trou a ras. Ma batterie commence a faiblir


Je marche toujours et ressens l'odeur un peu plus qu'avant. Le regarde lui d'un coin d’œil. Je sais pas si c'est une véritable apparence, ou une évolution mais il a vraiment pas l'air d'être clean.





Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 29 Juil - 11:46

Pour prévenir une menace ou empêché une déjà avérée de nuire à la communauté magique. Liam préférait passer par un clan de sorciers et de sorcières en particulier, plutôt que d'appuyer ou demander de l'aide aux chasseurs. Cependant, selon la situation auquel il était confronté, il devait pourtant parfois travailler avec eux. Hormis les interactions de ses petits protégés avec ce plan d'existence, la créature était attachée à la survie de ce monde. En cela les chasseurs comme les tueuses étaient des alliés de taille. Mais, il ne fallait surtout pas ce se méprendre sur sa position. Il était du côté de la communauté magique et de la Terre et non de l'espèce humaine. Si cette dernière pouvait être utile alors il n'avait pas d'intérêt à s'en prendre à elle. Toutefois, si l'humanité tout entière, dans le pire des cas ou une poignée seulement de ses membres venait à représenter une quelconque menace pour ce monde ou pour les créatures dont il avait la charge. Alors, il deviendrait à son tour un danger pour le genre humain. Liam traitait au cas par cas. Bien qu'il eût tendance par le passé à mettre tout le monde dans le même panier à salade. Il avait réapprit à mieux cerné les situations ainsi que les acteurs majeurs comme mieux pouvant leurs êtres affiliés. Cependant, s'en prendre aux hommes pouvait être dangereux et compromettre sa position auprès de ses alliés potentiels tel les sorciers mais également de certaines créatures ayant une certaine sympathie pour les humains. Sa tâche officielle l'obligeait à faire des concessions et à se montrer arrangeant avec d'autres pour le bien de tous. Ses activités parallèles eux pouvaient de diverses façons mettre en danger le travail qui lui prenait le plus clair de son temps. Pour autant l'un comme l'autre il les devait à la même divinité. Comparez à elle la volonté de l'humanité grandissante faisait pour lui encore pale figure.

Par extension se sont bien des alliés, cependant ils sont derrière nous et ma route n’implique pas que je fasse machine arrière.

Pour atteindre son objectif il devait continuer. Faire demi-tour pour aller aider une poignée de chasseurs en prise avec des créatures surnaturelles, ne ferait que lui faire perdre du temps. Non, s'il avait véritablement voulu apporter son soutien d'une manière classique, il ne serait probablement pas dans les égouts mais bien déjà sur place. Il avait attendu pour être bien certain d'arriver alors que les hostilités avaient déjà commencé. Il était quasi-certain que chasseurs comme tueuses et même sorcières étaient déjà déployées, selon leurs plans quels qu'il soit. Il savait qu'il se déplaçait dans la tumulte. Il lui fallait profiter chaos crée par cette situation pour agir. Jadis survolant les charniers de la guerre des hommes à l'heure de destins non contrariés. Aujourd'hui circulant dans une charnière grandissante au moyen de ses deux jambes. Dans un sens sa situation n'avait pas évolué. Ce qui avait désormais changé c'était pour qui il se battait. Et cela ne saurait être l'humanité. Pourtant, il avait besoin de ceux combattant pour elle. Dans sa situation actuelle il serait bien embrassé sans leur force et leurs moyens.

C'est ici, l'accès n'a pas été dissimulé

Alors que le précédent lui, l'était. Prudent de nature la créature se doutait bien qu'il y ait peu de chance pour que ce soit un oubli de leurs parts. Une seconde s'écoula suivi d'un soupire avant qu'il ne se décide à grimper. Il n'était pas plus téméraire que cela, cependant il progressait avec la rapidité de quelqu'un ayant décidé d'en finir une bonne fois pour toute. Tout le monde avait un intérêt dans cette guerre. Lui n'avait pas autant d'ambitions que l'agitateur du moment. Il y avait sa fonction actuelle et les petits extra que lui commandait la Matriarche. Alors qu'il progressait vers la surface. Son instinct ne le titillait pas plus que cela cependant il était très loin d'être infaillible. Le retour en haut se fit avec un soulagement accompagné cependant avec une certaine nervosité. Il n'avait rien contre le calme, cependant il s'attendait ici à plus d'animation. Extirpant le reste de son corps du trou malodorant où il avait entraîné Samuel. Il ne tarda pas se dresser de toute sa hauteur. Il se trouvait désormais à l'arrière d'un bâtiment haut d'environ cinq étages s'étalant sur une surface. Guère disposé à rester immobile, la créature se glissa avec précaution en direction de la porte la plus proche. Laissé ouverte par négligence ou d'une manière intentionnelle Liam put bientôt pénétrer dans une pièce jalonnée d’appareils guère plus vieux que deux décennies. L'endroit était sombre, seulement éclairé par une faible lumière artificielle qui ne cessait à aucun instant de clignoté. En scrutant du regard les lieux, Liam remarqua le bout d'une botte dépassant de derrière une armoire en métal. Se déplaçant pour avoir une meilleure vue de la chose. Il put constater qu'elle appartenait au corps d'une femme équipée pour le combat. La créature se baissa pour à inspecter le corps. Ne trouvant aucun indice, il retourna avec précaution le corps pour de façon à le placer face contre terre. À un niveau non couvert par l'armure tactique que portait la combattante, Liam put constater des traces de brûlures. Ces traces étaient très loin de ressembler à celles trouvés sur le précédent cadavre. Liam aurait nettement préféré que cela soit dut à une arme. Cependant, il avait déjà eu l'occasion de voir ce genre de blessures auparavant.

Ils ont un sérieux problème. Ils ont des parjures dans leurs rangs à moins que cela ne soit tout autre chose.

Les cadavres commençaient à s'accumuler. Liam avait des raisons inavouées d'éviter les chasseurs maintenant il se méfierait également des sorcières. Si ce n'était pas une trahison alors c'était un problème d'une autre envergure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


sortilèges : 1830

Mon livre Magique

LE LIVRE DE MA VIE
:

J\'AI DES POUVOIRS
:

MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Ven 9 Sep - 16:55

Ce monde ne ressemble a rien de ce que j'avais vu ou qu'on m'a raconter. La loi, ou si on puisse dire, la survit est différente de celle de Keandra qui est la dernière venu du future. J'essaie de prendre autant d'information de compossible, parce que cette fois, c'est moi qui reviendra dans mon présent et qui doit expliquer les choses aux autres. Mais pour ça, je dois m'ouvrir et enregistrer. Déjà les sorciers semble avoir une tenu très important aujourd'hui. j'écoute le jeune homme, quand il parle d'être dernière, je fais comme tout bouffon, je regarde dernière mets pas. On ne m'a jamais enseigner ce genre de "sentiment " si je suis suivit ou au contraire, une personne se trouve toujours dernière. Je pense que vus mon rang je ne possède pas l'option " regarde dernière " dans le sens ou étant l'avenir, celui-ci je fais jamais un pas en arrière, et donc je reste sur mes positions toujours en avant et jamais un regard vers mes pas.

D'accord... tu l'ai entends ou c'est un instinct ?

Les sons peuvent aussi me faire défaut et couper net pour me laisser enregistrer le reste du monde seulement avec mes yeux. J'oublie pas que Liam a d'un part, était Horus et un faucon était son animal. Une capacité qui ne peu dépasser tout ce qu'on imagine. Mais la, est-ce qu'il a encore ce coté là ou d'autre don / savoir pour voir dernière lui. Ceci dit, ça vient peut-être de moi et mes dons qui coupe certaine choses pour un montage parfait. Ou alors c'est ma vision, elle peut s’arrête a moins d'un mètre de vue et se bloqué, comme quand j'étais au lycée. un clignement de cils et je reviens dans ma chambre. Je ressens en moi un surplus de dons qui dans une second seulement me fera revenir prêt de lui. La seconde dure une éternité mais d'un coup je reviens a ma position. Un leger vertige.

Ok... oK ....j'te suit

je reprend mes esprit en quelques secondes pour retrouve la sensation et le sens de l’orientation avant de le regarder dans les yeux. C'est rare que j'arrive a revenir je regarde autour de moi, je pense pas que lui peut les voir mais des petites lumières rouge sont autour de moi. Mes dons ou un moyen de me réveiller puisque ce deuxième aller/retour peu me provoquer un malaise en pleins voyage. C'est déjà arrivé pourtant.

Dans le siècle d’où je viens tu sais ce qu'il se passe ou pas ou passera ? si oui pourquoi tu est jamais venu ? d'accord nous sommes des idiots, mais si on supporte Seth, on aurai peut supporter un autre dieu ou ce que tu était a ce moment là.

C'est un curieux personnage ! Je comprend pas les dieux / ex-dieu qu'importe le rang aujourd'hui, ce que je comprend pas c'est que tous, sans exception ne sont jamais venu demander de l'aide ou dire ce qu'il se passé ! Osiris savait certaine chose... c'est un code d'horreur ? c'est ridicule ! surtout que même si les humains sont bouffer par les bestioles des enfers, les dieux pourrait s'éteindre aussi, autant parler ! Je sais que Liam a une grande âme et il a vus tellement de chose qu'on imagine pas, demander de l'aide ou même voir les autres comme ami c'est clairement impossible ! pourtant certain y arrive. D'autre on des problèmes de cerveau aussi faut pas oublier. Je commence a brouiller encore, je dois tando chez moi, tando ici. Je ne vois pas ce qu'il passe, je vois chez moi, mais mes oreilles sont restés avec lui comme mon corps dont j'ai perdu le contrôle. Vise versa quand je reviens vers lui, c'est toute aussi défectueux.

Et tu penses a quoi ?




Mipou
J’ai refusé de le tuer parce qu’il avait l’air aussi effrayé que moi. J’ai regardé cette bête et c’est moi que j’ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]Mer 21 Sep - 18:42

Un peu plus tôt,

Réfléchissant à peine aux mots qui s’apprête à sortir de sa bouche. Liam alors qu’il progressait dans la pénombre des égouts ne tarda pas à lancer.

J'entends les bruits de luttes, les cris de douleurs ce qui fait d'un combat ce qu'il est, parfois c'est lui qui m'appelle.

C'est l'impression qu'il avait. Il était plus sensible aux sons de ce genre, qu'à d'autre. Toutefois, sans même qu'il puisse les entendre, il pouvait arriver qu'il se dirige d'instinct vers un lieu d'affrontement. Pour ce qu'il en savait, il ne faisait que s'éloigner d'une escarmouche pour mieux se diriger vers quelque chose qui pourrait être pire. Il avançait en terrain miné. Il avait  conscience que chasseurs comme tueuses affrontaient très certainement des créatures de quelques espèces qu'elle soit. Cependant, il ne connaissait  ni les effectifs ni la disposition exactes des combattants. Avec un temps de retard Liam nota qu'à nouveau l'esprit du demi-dieu semblait vacillé entre ici et ailleurs. Il pouvait percer la pénombre de ses yeux, entendre plus loin que la norme cependant, il n'avait aucune solution aux phénomènes qui touchaient Samuel. De plus, n'étant pas à sa place il ne mesurait que très mal ce qu'il était en train de subir. Alors qu'il montait l'échelle devant le ramener à l'air libre, la créature était encore indécise quant à la marche à suivre.

En surface,

Dans une espace moins confiné, l’esprit de la créature se sentit un peu plus apaisé. Pourtant l’on ne pouvait pas dire qu’il était serein. L’absence de vie aux alentour et la porte laissée ouverte ne furent pas pour le rassurer. Il avait l’impression de plus en plus net de se diriger là où l’on désirait qu’il aille. Tout en continuant, il lui parvint d’autre question venant de l’esprit l’accompagnant. Prudent il se contenta tout d’abord de répondre :

Uniquement sur certains points, il y a des choses que je sais et d’autre que j’ignore. Je crois qu’à l’époque je voyais des problèmes là où il n’en avait pas. Et à l’inverse j’étais tout à fait disposé à prendre des problèmes pour des solutions.

Conscient à la fois qu’il devait faire bien attention et que sa réponse n’était pas suffisante il se   résigna à ajouter :

Peu à peur la magie se tarit, certaines forces craignent qu’elle ne finisse par disparaître de ce monde. À une époque désormais révolu je croyais qu’il suffirait de faire disparaître toute une espèce la surface de la surface du globe. Aujourd’hui comme hier d’autres ont leurs propre plans au sujet de ce problème. En ce qui me concerne cela fait longtemps que j’ai renoncé de le résoudre ici.

Dans un environnement éclairé par une lumière instable et le léger bourdonnement des machines éteintes mais encore sous tensions. Après découvert puis inspecté un corps récemment défunt avec sur lui une maque laissée par un sortilège. Liam se demanda si le ou la responsable était bien conscient de ce qu’il faisait.

À, quoi je pense ? Hormis à une trahison tout ce qui peut avoir un ascendant sur l’esprit. Un sort, les voleurs de corps comme certains démons et autres entités.

Liam avait un peu du mal à croire que celui qu’il recherchait ai put pactiser avec des créatures venues tout droit des enfers. Pour ce qui était du reste il ne pouvait pas encore trancher. Regrettant quelque peu de n’être pas venus accompagner, il se pencha sur le cas de Samuel.

Dis-moi, durant tes sauts dans le temps. Mis à part l’option camouflage, t’arrive-il de jouer des poings ou bien est ce totalement exclus ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]

Revenir en haut Aller en bas
 
Sans un crie, sans un bruit, dans la nuit noire nous, nous élevons [SAMUEL]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Charmed Slayers  :: 
Au delà des frontières
 :: le monde occulte :: voyage dans le temps
-